(Montréal) Alimentation Couche-Tard aura un rival dans sa tentative d’acquisition de l’entreprise australienne Caltex, puisque celle-ci a révélé mercredi avoir reçu une offre de la part du géant britannique EG Group.

Julien Arsenault
La Presse canadienne

Cette proposition non contraignante consiste en un paiement de 3,5 milliards CAN pour les dépanneurs et stations-service appartenant à Caltex et la création d’une nouvelle société, appelée Ampol, dont les actions seraient transigées à la Bourse de Sydney et qui serait constituée des actifs de distribution de carburant et de la raffinerie de l’entreprise australienne. EG Group s’engagerait à acquérir jusqu’à 10 % de cette nouvelle entité.

Dans son communiqué, Caltex n’a toutefois pas chiffré la valeur totale de cette offre qui est considérée par son conseil d’administration. Le nom du groupe britannique comme potentiel rival de Couche-Tard était évoqué depuis quelques semaines.

L’exploitant québécois de dépanneurs et de stations-service avait bonifié pour une deuxième fois sa proposition la semaine dernière, en indiquant qu’il s’agissait d’un « prix optimal et final en l’absence d’une proposition concurrente ». Il a depuis eu accès à d’autres données financières de la compagnie australienne.

« Nous sommes au courant de cette proposition présentée par EG Group, mais nous n’avons pas de réaction à offrir », a indiqué par courriel, mercredi, une porte-parole de Couche-Tard, Laurence Myre Leroux.

L’offre entièrement en espèces de la société établie à Laval se chiffre désormais à environ 7,9 milliards CAN, ou environ 31,41 $ CAN (35,25 $ AUS), pour chaque action de la société australienne. Cette proposition révisée permettrait à Caltex de verser un dividende spécial aux actionnaires.

À la Bourse de Sydney, l’action de Caltex a clôturé à 34,77 $ AUS, mercredi, ce qui est inférieur au plus récent prix proposé par Couche-Tard — qui exploite un réseau d’environ 16 000 magasins et stations-service au Canada, aux États-Unis ainsi qu’en Europe et qui souhaite doubler sa taille sur un horizon de cinq ans.

« À première vue, l’offre de EG Group semble inférieure à la (dernière proposition) de Couche-Tard, mais cela laisse toutefois place à l’interprétation », a estimé Ben Wilson, de RBC Marchés des capitaux, dans un rapport.

Selon l’analyste, l’entreprise québécoise bénéficie d’une longueur d’avance pour le moment pour tenter d’avaler Caltex, mais cela pourrait changer. M. Wilson croit que l’offre de EG Group est suffisamment sérieuse pour que Caltex permette à la société d’effectuer une vérification diligente de son bilan.

Couche-Tard avait déposé une première offre de 32 $ AUS pour chaque action de Caltex en octobre dernier, mais elle a été rejetée, son prix ayant été jugé inadéquat. La société est revenue à la charge à deux reprises depuis.

Caltex compte près de 6630 employés et exploite un réseau de quelque 2000 stations-service, en plus d’être propriétaire d’une raffinerie située à Brisbane ainsi que d’actifs de distribution et de transport de carburant.

Si Couche-Tard parvient à conclure une transaction, certains analystes croient que l’entreprise pourrait se départir de certains actifs de Caltex, comme les activités de distribution de carburant et d’autres infrastructures.

EG Group exploite quelque 5200 établissements aux États-Unis, en Europe ainsi qu’en Australie. Le groupe britannique avait mis le pied dans le marché australien après avoir annoncé, à l’automne 2018, une entente pour acquérir les 540 stations-service de Woolworths pour quelque 1,5 milliard CAN.

« À notre avis, EG Group pourrait être confrontée à des enjeux de concurrence en Australie », a estimé l’analyste Irene Nattel, de RBC Marchés des capitaux, en évoquant la transaction avec Wollworths.

Sur le parquet de la Bourse de Toronto, mercredi, l’action de catégorie B de Couche-Tard a gagné 12 cents pour clôturer à 44,10 $.