(Johannesburg) Une filiale du groupe d’ingénierie helvético-suédois ABB va rendre 100 millions de dollars reçus « par des moyens corrompus » du groupe public Eskom cinq ans plus tôt pour la construction d’une centrale, a annoncé vendredi le géant de l’électricité sud-africain.

Agence France-Presse

Après de « longues enquêtes et négociations », un accord a été conclu avec ABB Afrique du Sud pour le remboursement de 1,56 milliard de rands (103 millions de dollars, soit 86 millions d’euros) lié à un contrat « attribué illégalement par des moyens corrompus pour des travaux à la centrale électrique de Kusile », dans le nord-est du pays, a indiqué Eskom dans un communiqué.

Confronté à un parc de centrales vieillissantes et mal entretenues, le groupe public sud-africain avait commandé en 2007 la construction de deux centrales au charbon, dont celle de Kusile, un projet entaché de soupçons de corruption massive.

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a reconnu l’année dernière que les problèmes liés à la construction des centrales de Medupi et Kusile expliquaient en grande partie la crise financière traversée par Eskom.

Le gouvernement a salué vendredi le recouvrement des fonds auprès d’ABB, qualifié de « jalon crucial dans la lutte contre la corruption ».

Malgré la construction de nouvelles centrales électriques, l’Afrique du Sud connaît des pannes d’électricité intermittentes, connues localement sous le nom de délestage.