Le consolidateur de l’industrie de la pierre architecturale Polycor de Québec acquiert la carrière de granite blanc de la North Carolina Granite, une des principales carrières de granite desservant l’industrie de la construction.

André Dubuc André Dubuc
La Presse

« Pour être capable de fournir l’industrie de la construction comme nous ambitionnons de le faire, il faut des carrières capables de faire de très gros volumes à bas coûts. Il s’agit de la plus grande carrière ouverte de pierres dimensionnelles au monde », dit, dans un entretien, Patrick Perus, PDG de Polycor. La North Carolina Granite Corporation (NCGC) est connue pour des pavés et d’autres applications dans les aménagements urbains.

L’industrie de la pierre permet d’associer une carrière à un monument, parc ou édifice connu. Par exemple, quand Polycor a acquis en 2018 Indiana Limestone, on disait qu’elle avait acheté la carrière ayant produit la pierre de l’Empire State Building. Les pierres du nouveau square Viger, à Montréal, vont provenir de la carrière Caledonia dans Portneuf.

Pour sa nouvelle acquisition, deux cartes de visite possibles sont le mémorial Franklin D. Roosevelt à New York et le Mémorial de la Seconde Guerre mondiale à Washington.

PHOTO JONATHAN ERNST, REUTERS

Pour la nouvelle acquisition de Polycor, deux cartes de visite possibles sont le mémorial Franklin D. Roosevelt à New York et le Mémorial de la Seconde Guerre mondiale à Washington (photo).

La NCGC, de Mount Airy, en Caroline du Nord, est en activité depuis 1889. Elle extrait le granite White Mount Airy. Ses revenus s’élèvent à 16 millions US et elle emploie environ 80 personnes. « Depuis plus de 125 ans, nous fonctionnons comme une entreprise indépendante et nous jouissons d’une réputation exceptionnelle sur le marché et dans la communauté où nous sommes en activité », a déclaré William Swift, son PDG, dans un communiqué.

Avec cette acquisition, Polycor emploie aujourd’hui près de 1300 personnes et possède plus de 50 carrières et 20 usines de fabrication à travers l’Amérique du Nord et l’Europe. Ses revenus annuels atteignent 270 millions. Cette annonce intervient une année après celle de l’acquisition d’Elliott Stone, chef de file dans l’exploitation de carrières de calcaire et en fabrication de pierres taillées, établi à Bedford, en Indiana, et deux ans après celles de l’achat de quatre carrières de calcaire du Groupe Rocamat en France et de la fusion avec Indiana Limestone Company.

On est en train de créer un leader mondial au Québec dans une industrie traditionnelle, mais qui fait partie de la solution d’avenir pour réduire l’empreinte carbone de l’industrie de la construction.

Patrick Perus, PDG de Polycor

Selon l’homme d’affaires, si la société veut vraiment être sérieuse dans la lutte contre les changements climatiques, l’industrie de la construction devra privilégier les matériaux durables et faibles en carbone comme la pierre et le bois.

Polycor en bref

Fondation : 1987
Siège social : Québec
Revenus annuels : 270 millions