(New York) Le fabricant américain de revolvers, pistolets et fusils Smith & Wesson a vu son action bondir vendredi à Wall Street après avoir fait part de ventes records dans les mois ayant précédé l’élection présidentielle aux États-Unis.

Agence France-Presse

Le titre du spécialiste des armes à feu, en activité depuis 168 ans, a grimpé de 5,16 % vendredi à la Bourse de New York.  

Le chiffre d’affaires du groupe, qui a dévoilé ses résultats jeudi soir, a plus que doublé entre mai et octobre, le premier semestre de son année comptable décalé : il est passé à 479 millions de dollars, contre 209 millions sur la même période en 2019.

Profits semestriels de 101 millions

Smith & Wesson a gagné 101 millions de dollars de bénéfices en six mois.

Clairement les années électorales font toujours monter nos ventes […]. Le paysage politique devient plus acrimonieux et les discussions sur le contrôle des armes à feu s’intensifient.

Mark Smith, PDG de Smith & Wesson

Et en 2020, le combat entre Donald Trump et Joe Biden a été « encore plus acrimonieux » que par le passé, a-t-il souligné.  

Besoin de « protection personnelle »

Mais la tendance des ventes était déjà en forte hausse avant même le scrutin : la propagation de la pandémie et les manifestations contre le racisme et les violences policières qui ont émaillé l’été ont fait grimper le besoin de « protection personnelle », a affirmé M. Smith.  

Le groupe estime que depuis le début de l’année, près de 8 millions d’Américains ont acheté une arme à feu pour la première fois.  

Parmi ces nouveaux acquéreurs, 40 % sont des femmes.

Le groupe a aussi rappelé que les propriétaires d’armes en feu en possèdent huit en moyenne.  

Smith & Wesson n’a pas souhaité faire de prévisions pour le reste de son année comptable. Son directeur général a seulement indiqué que la « très forte » demande observée actuellement devrait se poursuivre « au moins » jusque janvier, voire jusque avril.