(New York) La société S&P Global, qui gère les célèbres indices boursiers S&P 500 et Dow Jones, a sorti un gros chèque lundi pour racheter le groupe IHS Markit, connu pour publier des indices d’activités économiques très suivis par les marchés et les décideurs.

Juliette MICHEL avec Amel SAADI à Paris
Agence France-Presse

Ce mariage valorise IHS Markit à 44 milliards de dollars, ce qui en fait l’un des plus coûteux de l’année 2020.

Il va créer, s’il est approuvé par les autorités de la concurrence, un géant de l’information financière, une denrée essentielle pour les investisseurs qui s’appuient sur de multiples données avant de prendre leurs décisions.  

L’information financière prend de plus en plus d’importance avec le développement du courtage automatisé, quand des algorithmes vont chercher eux-mêmes des données le plus rapidement possible pour effectuer des transactions sur les marchés.

La nouvelle société interviendra dans les secteurs des services financiers, des notations, des indices, des matières premières et de l’énergie, ainsi que des transports et de l’ingénierie, selon un communiqué commun.  

Ce sera une entreprise « à plus grande échelle, avec des produits de classe mondiale sur les principaux marchés et des offres solides sur des secteurs à forte croissance, comme les sociétés non cotées en Bourse, les petites et moyennes entreprises, la gestion des risques de contrepartie, la chaîne d’approvisionnement et les échanges commerciaux, ainsi que sur des données alternatives », assurent les deux entreprises.  

Combinées, S&P Global et IHS Markit apporteront une analyse plus complète en matière environnementale, sociale et de gouvernance (ESG), ainsi que sur le climat et la transition énergétique, fait aussi valoir le document.  

Ces critères ont récemment pris beaucoup d’importance dans les milieux d’affaires sous la pression d’actionnaires qui jugent désormais les sociétés aussi bien sur leurs performances financières que sur leurs engagements sur des problématiques sociétales.

Chemins de fer

S&P Global est surtout réputée pour la gestion du S&P 500 et Dow Jones, qui donne la température des marchés financiers, ainsi que pour son activité de notation de dette.  

Mais la société, dont les premières informations dans les années 1860 portaient sur les chemins de fer, offre aussi des analyses sur les marchés de capitaux et de matières premières ainsi que sur divers secteurs économiques. Elle vaut aujourd’hui environ 82 milliards de dollars à la Bourse de New York.

Basée à Londres, la société britanico-américaine IHS Markit apporte des informations financières à environ 50 000 clients, des entreprises comme des entités publiques, dont les fameux indices PMI sur l’activité économique.

Elle est née en 2016 de la fusion entre les cabinets IHS et Markit, et vaut actuellement en Bourse environ 37 milliards de dollars.  

Signe d’une certaine consolidation dans le secteur, l’opérateur boursier London Stock Exchange (LSE) avait aussi déboursé 27 milliards de dollars en 2019 pour acquérir la société d’informations Refinitiv. Parmi les autres grands acteurs du secteur figurent Bloomberg et FactSet.

L’accord de fusion a été approuvé à l’unanimité par les conseils d’administration des deux sociétés.  

La conclusion de l’opération, qui se fera via un échange d’actions, devrait avoir lieu au cours du second semestre 2021. Elle est toutefois soumise au feu vert des autorités concernées, dont celles de la concurrence.  

Les responsables ont assuré lors d’une conférence téléphonique avoir réfléchi à d’éventuelles objections et ne pas voir « de problèmes réglementaires ne pouvant pas être résolus ».  

Selon les termes de l’accord, les actionnaires de S&P Global posséderont environ 68 % de la nouvelle entreprise.

La transaction, qui inclut la reprise de 4,8 milliards de dettes d’IHS Markit, représente la deuxième plus grosse opération de fusions-acquisitions de l’année après la vente d’oléoducs et gazoducs par des entreprises publiques chinoises à une société nouvellement formée, selon le cabinet Dealogic.

S&P Global anticipe un chiffre d’affaires annuel de plus de 11,6 milliards de dollars pour ce nouveau géant de l’information financière à périmètre égal.

« Cette fusion […] renforce notre capacité à fournir aux clients les renseignements essentiels nécessaires pour prendre des décisions avec conviction », s’est réjoui Douglas Peterson, PDG de S&P Global, cité dans le communiqué.

M. Peterson sera le PDG de la société fusionnée, qui aura son siège à New York et des bureaux en Amérique du Nord, en Amérique latine, en Europe et dans la zone Asie-Pacifique.