(Toronto) Yamana Gold affirme que la mine Canadian Malartic, qui se trouve en Abitibi-Témiscamingue, a vu sa production augmenter plus rapidement que prévu à la suite de la pause forcée provoquée par la pandémie de COVID-19.

La Presse canadienne

La production de la mine a atteint plus de 60 000 tonnes par jour de minerai en mai et en juin, ce qui a permis de contrebalancer les effets négatifs de l’arrêt temporaire et le redémarrage de la production, le 15 avril, lorsque la province a donné le feu vert à la reprise des activités.

Pour le deuxième trimestre, Yamana a estimé que sa production totale de métal précieux était de 164 141 onces. Cela tient compte de la contribution de la mine Canadian Malartic et des quatre autres sites exploités par la société en Amérique du Sud. La production d’argent était estimée à environ deux millions d’onces.

Yamana a fait savoir que toutes ses mines avaient dépassé les attentes en matière de production au deuxième trimestre, ajoutant qu’elle anticipait une hausse de la production et des flux de trésorerie au deuxième semestre de l’exercice en cours.

L’entreprise étable à Toronto détient une participation de 50 % dans Canadian Malartic, l’autre moitié étant détenue par Agnico Eagle Mines.

À la Bourse de Toronto, l’action de Yamana s’est appréciée d’environ 30 % depuis la mi-avril, lorsque Canadian Malartic a commencé à reprendre ses activités. Au cours de la même période, le titre d’Agnico Eagle a pris près de 29 %.