(New York) La banque américaine Citigroup envisage de rouvrir ses bureaux new-yorkais en juillet et londoniens en juin, a déclaré jeudi son PDG Michael Corbat.

Agence France-Presse

Citigroup deviendrait ainsi un des premiers fleurons de Wall Street à faire revenir les salariés dans les bureaux à Manhattan, désertés depuis l’instauration du confinement à New York, épicentre de la pandémie de coronavirus aux États-Unis.

La réouverture sera progressive et se fera lentement : « ce sera guidé par les données (scientifiques). Ce sera probablement à un rythme lent ; ce sera pas à pas, site par site et au sein de ces sites ce sera par métier », a déclaré M. Corbat, lors d’un entretien à Bloomberg.

Citigroup entend faire revenir 5 % des 12 000 salariés travaillant dans son siège, situé dans le quartier de Tribeca au sud-ouest de Manhattan, en juillet voire en août.

Le retour des salariés au siège de Citigroup à Canary Wharf à Londres est prévu, lui, pour juin.

La grande majorité des salariés de banques, à l’exception notable de banquiers et courtiers responsables des marchés de crédit ou conseillant les entreprises souhaitant lever des fonds, travaille à distance depuis mi-mars.

À New York, de nombreux financiers ont quitté la ville pour se réfugier à la campagne, notamment dans les Hamptons, zone de villégiature de l’élite new-yorkaise. Les faire revenir est un enjeu important pour les firmes de Wall Street, d’autant que la communauté scientifique a mis en garde contre une seconde vague de la pandémie à l’automne.

« Les conversations que j’ai portent davantage sur les transports dans les zones urbaines, comme prendre le train, prendre le métro, emprunter le bus, que sur l’environnement au bureau », affirme Michael Corbat, qui s’est lui-même réfugié dans l’État du Wyoming avec sa famille après avoir travaillé pendant quelques semaines dans son appartement à Manhattan.

« Le plus gros obstacle que nous allons avoir […] est d’acheminer les gens au bureau », a encore dit le banquier, ajoutant par ailleurs qu’il y aura moins de voyages d’affaires.

Les salariés seront prévenus longtemps à l’avance avant leur retour au bureau.

Les autres banques, comme les deux premiers établissements américains JPMorgan Chase et Bank of America Merrill Lynch, travaillent encore à leurs projets de reprise de l’activité sur les sites. La première a déjà fait savoir qu’il n’y aura pas plus de la moitié des effectifs lors de la réouverture.