(Montréal) BRP éliminera 650 emplois — soit environ 5 % de son effectif — alors que l’entreprise québécoise cessera la production de moteurs hors-bord, dont les activités sont « durement touchées » par la pandémie de COVID-19.

Julien Arsenault
La Presse canadienne

Le constructeur des Ski-Doo, Sea-Doo et Can-Am en a fait l’annonce mercredi, après la clôture des marchés et à la veille de la publication de ses résultats du premier trimestre ainsi que de son assemblée annuelle.

Par voie de communiqué, le président et chef de la direction de la société établie à Valcourt, José Boisjoli, a affirmé qu’il fallait « arrêter immédiatement » la production des moteurs hors-bord E-TEC et E-TEC G2.

« Ce secteur d’activité faisait déjà face à des défis et l’impact du contexte actuel nous a contraints à ce choix », a-t-il souligné.

Cela s’ajoute aux mesures annoncées en mars dernier — mises à pied temporaires et quelque 250 licenciements, baisse des dépenses, gel de l’embauche et réductions salariales chez les cadres et employés de bureaux — en raison des turbulences provoquées par le nouveau coronavirus.

Néanmoins, BRP affirme qu’elle continuera de miser sur sa stratégie qui s’est traduite par la création du groupe marin et qui a mené à l’acquisition des fabricants de bateaux Alumacraft et Manitou aux États-Unis, ainsi que l’acquisition la compagnie australienne Telwater l’an dernier.

Les licenciements s’effectueront « dans le monde », selon la compagnie. Les travailleurs touchés se trouvent essentiellement aux États-Unis.

L’usine de BRP située au Wisconsin devra être reconvertie pour accueillir de « nouveaux projets » qui n’ont pas été précisés par l’entreprise. De plus, toutes les activités entourant la marque Alumacraft seront regroupées à un seul endroit, soit à St-Peter, au Minnesota, ce qui mènera à la fermeture d’un site en Arkansas.

Pour l’exercice terminé le 31 janvier, la division marine de BRP avait généré des revenus de 560 millions, en hausse de 14 % notamment grâce aux acquisitions, alors que le chiffre d’affaires total de la compagnie avait été de 6,05 milliards.

Toutefois, dans ses documents financiers, l’entreprise signalait que les « ventes au détail de moteurs hors-bord en Amérique du Nord » avaient fléchi d’un peu moins de 5 % au quatrième trimestre par rapport à la même période l’année précédente.

À la Bourse de Toronto, le titre de BRP a clôturé à 50,71 $, en hausse de 1,02 $, ou 2,05 %. Cela demeure loin de son sommet de 75,38 $ atteint en février dernier avant le début de la pandémie de COVID-19.