(Stockholm) La plateforme de musique en ligne Spotify a fait état mercredi d’un retour aux bénéfices au premier trimestre et répond aux attentes dans un contexte de crise sanitaire liée au nouveau coronavirus, enregistrant un portefeuille d’abonnés payants en hausse.

Agence France-Presse

« En dépit de l’incertitude mondiale autour de la COVID-19 au premier trimestre, nos activités ont atteint ou dépassé nos prévisions pour tous les principaux indicateurs », a noté le groupe dans son rapport d’activité.

Spotify comptait 286 millions d’utilisateurs actifs fin mars 2020, soit 31 % de plus que fin mars 2019, dont 130 millions d’abonnés payants (+31 % sur un an).

Le groupe répond ainsi à son objectif annoncé en février qui était de 279 à 289 millions d’utilisateurs (de 126 à 131 millions payants), et dépasse les prévisions des analystes.

Spotify, dont le siège est à Stockholm, mais qui est coté à la Bourse de New York, espère atteindre entre 328 et 348 millions (143-153 millions payants) à la fin de l’année.

Pour la période janvier-mars, le bénéfice net de Spotify est ressorti à 1 million d’euros (un euro = 1,51 $ CA) grâce à l’amélioration des revenus financiers (générés par les excédents de liquidités investis dans des placements à court terme et des titres).

Le groupe avait enregistré une perte de 142 millions un an plus tôt en raison d’éléments financiers négatifs.

En février le groupe tablait sur un chiffre d’affaires compris entre 1,71 et 1,91 milliard d’euros. Celui-ci a finalement atteint 1,85 milliard à l’issue du trimestre (+22 % sur un an).

Quant au résultat d’exploitation, là où Spotify attendait une perte comprise entre 65 et 115 millions, celle-ci a seulement été 17 millions d’euros sur la période janvier-mars.

Le géant suédois note toutefois avoir constaté dès fin février les effets de la COVID-19 sur ses activités.  

« Sur des marchés durement touchés comme l’Italie et l’Espagne, nous avons constaté une baisse sensible des utilisateurs actifs quotidiens et de la consommation », explique le groupe.

Et de poursuivre : « Mais au cours des dernières semaines, nous avons vu l’écoute commencer à rebondir et, sur de nombreux marchés, la consommation a repris de manière significative ».

Pour l’ensemble de l’année 2020, le groupe prévoit toujours un revenu en hausse de 19 % à 25 %, entre 8,08 milliards et 8,48 milliards et espère ramener sa perte opérationnelle entre 150 et 250 millions d’euros, contre 73 millions en 2019.