Alimentation Couche-Tard tente d’organiser la plus grosse acquisition de son histoire. La multinationale des dépanneurs établie à Laval est disposée à débloquer quelque 7,8 milliards CAN pour mettre le grappin sur Caltex et ses 2000 stations-service australiennes. La proposition de Couche-Tard n’est pas sollicitée, et le conseil d’administration de Caltex l’étudie présentement.

Richard Dufour Richard Dufour
La Presse

Couche-Tard a réalisé sa plus importante prise de contrôle en août 2016 quand elle a acheté la chaîne nord-américaine CST Brands au coût de 4,4 milliards US. L’acquisition de Caltex représenterait la première incursion de Couche-Tard en Australie.

Caltex, dont les actions sont inscrites à la Bourse de Sydney, a reçu une proposition d’achat non contraignante de la part de Couche-Tard pour acquérir toutes ses actions au prix unitaire de 34,50 $AU. C’est Caltex elle-même qui a révélé la nouvelle lundi soir (heure de Montréal) dans un communiqué. Le prix équivaut à une prime de 16 % par rapport au cours de fermeture de l’action précédant la publication du communiqué de Caltex.

Une deuxième tentative

Il ne s’agit pas de la première approche faite par Couche-Tard. Sans en préciser le moment exact, Caltex indique que Couche-Tard avait précédemment fait une proposition à 32 $AU par action, mais qu’elle l’avait rejetée parce que jugée inadéquate au niveau du prix. Couche-Tard aurait fait cette première proposition le 11 octobre, selon l’Australian Financial Review.

Caltex a été forcée de révéler publiquement la proposition d’acquisition après avoir constaté que l’intérêt de Couche-Tard avait fait l’objet d’une fuite, selon ce que rapportent des médias australiens. Caltex affirme que ses discussions avec Couche-Tard sont à un stade préliminaire, que la proposition est hautement conditionnelle et que rien ne garantit que les discussions se concluront par une transaction.

Il n’a pas été possible d’obtenir une réaction auprès de Couche-Tard, mais l’entreprise divulguera en fin de journée mardi les résultats du deuxième trimestre de son exercice financier. Le PDG, Brian Hannasch, et le chef de la direction financière, Claude Tessier, doivent participer à une téléconférence mercredi matin pour commenter les résultats et répondre aux questions des analystes.

Le dévoilement des visées de Couche-Tard en Australie survient aussi alors que Caltex vient tout juste de révéler son intention de procéder à un premier appel public à l’épargne pour une portion de son réseau de stations-service.

Les marges bénéficiaires de Caltex sont sous pression alors que l’entreprise ressent le ralentissement économique, soulignait récemment le Sydney Morning Herald. Monnayer une partie de l’immobilier via une entrée en Bourse est devenu une option attrayante pour de grandes entreprises qui cherchent à dégager de la valeur pour obtenir des liquidités, précise le quotidien australien. La proposition de Couche-Tard vient brouiller les cartes. Le titre de Caltex grimpait de 13 % en Australie au moment de publier.

Couche-Tard a pour objectif de doubler ses profits d’ici cinq ans, et la direction n’a jamais caché qu’elle mise notamment sur les acquisitions pour y parvenir. L’été dernier, Brian Hannasch avait répondu à des questions sur les acquisitions en disant « qu’il y a actuellement beaucoup d’activité sur le marché et nous examinons généralement tout ce qui est disponible » et que les évaluations des entreprises étaient « généreuses ».

Couche-Tard en chiffres

16 000 magasins dans 26 pays 133 000 employés
Revenus annuels* : 59,1 milliards US
Bénéfice net annuel* : 1,8 milliard US
Objectif : doubler ses bénéfices nets en cinq ans
Capitalisation boursière : 48 milliards CAN
*Pour l’exercice terminé le 28 avril 2019
Source : Alimentation Couche-Tard

Cinq grandes acquisitions à ce jour

Décembre 2003

Circle K, 1663 magasins, États-Unis
Valeur de la transaction : 804 millions US

Juillet 2012

Statoil Fuel & Retail, 2200 magasins, Scandinavie, Pologne, pays baltes et Russie
Valeur de la transaction : 2,6 milliards US

Décembre 2014

The Pantry, 1550 magasins, États-Unis
Valeur de la transaction : 1,7 milliard US

Août 2016

CST Brands, 2100 magasins, Amérique du Nord
Valeur de la transaction : 4,4 milliards US

Juillet 2017

Holiday, 500 magasins, États-Unis
Valeur de la transaction : Environ 2 milliards CAN