(New York) Xerox, qui tente en vain depuis plusieurs semaines de convaincre le fabricant d’ordinateurs personnels et d’imprimantes HP de se laisser racheter, a donné jeudi au groupe jusqu’à lundi pour accepter sa proposition sans quoi il s’adressera directement aux actionnaires.  

Agence France-Presse

« Le conseil d’administration de Xerox est déterminé à mener à bien le projet d’acquisition de HP - nous ne voyons aucune raison de retarder encore cette opération », écrit le directeur général de Xerox, John Visentin, dans une lettre adressée à la direction de HP.

« Par conséquent, à moins que nous ne nous mettions d’accord sur une fusion amicale avant 17 heures (heure de New York) le lundi 25 novembre 2019, Xerox s’adressera directement à vos actionnaires pour les convaincre du bien-fondé de l’opération », ajoute le dirigeant. Il termine sa missive en disant attendre « avec impatience une réponse rapide de votre part ».

Xerox a proposé début novembre à HP de racheter l’entreprise pour 22 dollars par titre, ce qui correspond à quelque 33 milliards de dollars.  

Mais HP, né de la scission de Hewlett-Packard, a rejeté dimanche cette offre non sollicitée, la jugeant insuffisante et pas dans le meilleur intérêt de ses actionnaires.

HP réalise aujourd’hui un chiffre d’affaires presque six fois plus élevé que Xerox pour une capitalisation boursière trois fois plus importante à environ 29 milliards de dollars, contre 8 milliards.

Selon le Wall Street Journal, l’investisseur activiste Carl Icahn ferait pression en faveur d’une fusion avec Xerox, convaincu qu’une combinaison des deux fabricants d’imprimantes pourrait générer d’importants bénéfices pour les investisseurs.  

M. Icahn a récemment pris une participation au capital de HP et est également le premier actionnaire de Xerox, selon le cabinet Factset.