(New York) ExxonMobil a annoncé vendredi des résultats meilleurs que prévu au deuxième trimestre grâce à un gain fiscal de 500 millions de dollars enregistré au Canada mais la major pétrolière reste affectée par des prix bas du gaz naturel et des coûts d’exploration et de maintenance élevés.

Agence France-Presse

Le géant texan indique avoir reçu un chèque du fisc canadien à la suite d’un changement du taux d’imposition en Alberta.

Cette bonne nouvelle n’a pas complètement arrêté le déclin du bénéfice net, qui a plongé sur un an de 20,75 % à 3,1 milliards de dollars.

Mais elle a permis au bénéfice par action ajusté, référence en Amérique du Nord, de dépasser les attentes puisqu’il s’élève à 73 cents contre 66 cents attendus en moyenne par les analystes financiers. L’apport du gain fiscal est de 12 cents, précise ExxonMobil.

Lesté par des travaux de maintenance non prévus dans les raffineries de Baytown (Texas), Sarnia (Canada) et Yanbu (Arabie saoudite), le chiffre d’affaires a diminué de 6 % à 69,1 milliards de dollars mais est resté supérieur aux 65,2 milliards escomptés.

Les revenus ont pâti de bas prix du gaz et des dépenses élevées dans l’activité d’exploration pétrolière et pour la maintenance des raffineries, a expliqué le groupe.

À Wall Street, le titre gagnait plus de 1 % dans les échanges électroniques de pré-séance.

La production d’hydrocarbures a augmenté de 7 % à 3,9 millions de barils équivalent pétrole par jour, grâce aux réserves de schiste dans le bassin permien (Texas) et à la réduction des périodes d’arrêt planifié pour les travaux de maintenance. C’est le troisième trimestre consécutif de hausse de la production.

Le groupe, qui a réorganisé ses activités d’exploration pétrolière, a notamment augmenté de 22 % l’enveloppe destinée aux investissements.