Source ID:65e5ca06a1553e3496197eea4b0f5d88; App Source:StoryBuilder

Sanctions : les États-Unis donnent un sursis de 3 mois à Huawei

Devant l'inquiétude des usagers et des entreprises américaines, les États-Unis... (PHOTO TYRONE SIU, REUTERS)

Agrandir

PHOTO TYRONE SIU, REUTERS

Agence France-Presse
San Francisco

Devant l'inquiétude des usagers et des entreprises américaines, les États-Unis ont finalement donné lundi un sursis à Huawei, qui pourra encore pendant trois mois utiliser des composants et logiciels américains avant la mise en oeuvre effective des sanctions contre le groupe chinois.

Dans un contexte de guerre commerciale entre Pékin et Washington, Donald Trump a décidé la semaine dernière d'interdire les exportations de produits technologiques américains vers certaines entreprises jugées « à risque » pour la sécurité nationale. Avec dans le collimateur sa bête noire, le géant chinois des télécoms Huawei, qui s'est retrouvé nommément sur une liste noire de Washington.  

Le géant Google, dont le système Android équipe l'immense majorité des téléphones dans le monde, a annoncé dimanche qu'il allait devoir couper les ponts avec Huawei, ce qui aurait pour résultat d'empêcher le groupe chinois d'accéder à certains services d'Android et ses célèbres applications Gmail ou Google Maps.

Cette décision touche aussi toute une série d'entreprises américaines, des vendeurs de logiciels aux fabricants de semi-conducteurs qui fournissent Huawei.

Lundi, les autorités américaines ont semblé vouloir calmer le jeu en décrétant un délai de 90 jours avant d'imposer les sanctions, le temps que Huawei et ses partenaires commerciaux s'adaptent.

« Cette licence générale temporaire donne au (secteur) le temps de s'organiser autrement et au ministère (du Commerce) la possibilité de déterminer les mesures appropriées à long terme pour les entreprises de télécommunications américaines et étrangères qui aujourd'hui se servent des équipements d'Huawei pour certains services essentiels », a indiqué le secrétaire au Commerce Wilbur Ross, cité dans un communiqué.

En résumé, cela va permettre aux usagers des équipements Huawei de continuer à s'en servir pour le moment, a-t-ajouté.

Huawei est non seulement le numéro deux actuel des téléphones mais aussi un des leaders des équipements (antennes etc) des réseaux de télécommunications.

Présent dans 170 pays, il est soupçonné par les États-Unis d'espionnage au profit de Pékin, qui aurait largement contribué à son irrésistible expansion internationale.  Washington a déjà interdit par exemple à ses militaires de se servir d'équipements Huawei, qui dément fermement tout espionnage.

Conséquences

Dimanche, Google avait indiqué « se plier » à la décision américaine d'interdire les relations commerciales avec Huaweiet être en train d'examiner ses conséquences.

« Pour les utilisateurs de nos services, Google Play (le magasin d'applications d'Android, NDLR) et le système de sécurité Google Play Protect continueront de fonctionner sur les appareils Huawei existants », avait-il tempéré.  

Mais comme le décret présidentiel interdit spécifiquement le partage de technologies, Google va toutefois logiquement devoir cesser de collaborer avec Huawei pour les futurs appareils.

Huawei ne pourra plus proposer dans ses appareils que la version libre de droits (en « open source ») d'Android, a expliqué à l'AFP une source proche du dossier.  

Ces conséquences concerneraient les propriétaires d'appareils Huawei en dehors de Chine, puisque la plupart des services Google y sont de toute façon interdits.

Dans un communiqué lundi, Huawei a afformé qu'il « continuerait à fournir des mises à jour de sécurité et des services après-vente » sur tous ses téléphones multifonctions et tablettes existantes, y compris ceux qui ne sont pas encore vendus.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a, quant à lui, indiqué qu'il suivait activement la situation et que la Chine « soutenait les entreprises chinoises pour prendre des mesures légales afin de défendre leurs droits légitimes ».

Huawei, dont le siège est à Shenzhen, dans le sud de la Chine, est par ailleurs très dépendant de fournisseurs étrangers de semi-conducteurs : chaque année, il achète pour 11 milliards de dollars de composants à des fournisseurs américains, sur 67 milliards de dollars de dépenses.

Selon Bloomberg, plusieurs fournisseurs américains comme le géant des micro-processeurs Intel ou le fabricant de puces Qualcomm ont informé leurs employés qu'ils cesseraient, eux aussi, de fournir Huawei jusqu'à nouvel ordre.

Compte tenu de la « dépendance » du leader chinois à l'égard du marché américain des semi-conducteurs, une telle suspension des livraisons pourrait « obliger la Chine à retarder la construction du réseau de la 5G jusqu'à ce que l'interdiction soit levée », estime Ryan Koontz, analyste chez Rosenblatt Securities.

Or les États-Unis ont justement accru la pression sur leurs alliés pour qu'ils n'achètent pas la 5G à Huawei, pionnier de cette nouvelle génération d'internet mobile.  

Washington redoute que le groupe ne soit un cheval de Troie de la Chine, en raison notamment du passé militaire de son patron. Surtout, une loi votée en 2017 oblige les grandes entreprises chinoises à collaborer avec les services de renseignement du pays.

Au premier trimestre,  Huawei a vendu 59,1 millions de téléphones, ce qui lui assure 19 % de parts du marché, devant l'américain Apple mais toujours derrière le leader mondial, le sud-coréen Samsung.

Les groupes américains aussi victimes des sanctions contre Huawei

Les strictes sanctions imposées par les États-Unis à Huawei pourraient aussi porter un coup aux nombreuses entreprises américaines fournissant composants et logiciels au géant technologique chinois, qui pourrait, comme d'autres, chercher à s'affranchir de la Silicon Valley.

Les spécialistes du secteur estiment que les firmes américaines, par exemple les fabricants de puces, ont vendu l'an dernier pour 11 milliards de dollars de composants à Huawei, qui figure sur la liste noire de Washington interdisant aux compagnies américaines de commercer avec certaines entreprises jugées à risque, au nom de la sécurité nationale.

Toutefois, devant l'inquiétude des usagers et des entreprises américaines, les États-Unis ont finalement temporisé lundi en donnant un sursis à Huawei, qui pourra encore pendant trois mois utiliser des composants et logiciels américains avant la mise en oeuvre effective des sanctions.

« Cette licence générale temporaire donne au (secteur) le temps de s'organiser autrement et au ministère (du Commerce) la possibilité de déterminer les mesures appropriées à long terme pour les entreprises de télécommunications américaines et étrangères qui aujourd'hui se servent des équipements d'Huawei pour certains services essentiels », a indiqué le secrétaire au Commerce Wilbur Ross, cité dans un communiqué.

Pékin et Washington sont en pleine guerre commerciale, à coups de taxes douanières réciproques et le secteur technologique - dans lequel les deux puissances sont en concurrence frontale - en est un axe majeur, Donald Trump ayant en particulier dans son viseur les transferts de technologies.

Le délai annoncé lundi ne modifie pas la décision sur le fond des autorités américaines et a logiquement pour conséquence d'empêcher les fabricants d'appareils et de logiciels américains de vendre à Huawei.  

Selon l'agence Bloomberg, les fabricants américains ou dont le siège est aux États-Unis, comme Intel, Qualcomm, Broadcom ou Xilinx ont déjà indiqué qu'ils cesseraient de fournir Huawei, qui s'est placé au premier trimestre à la deuxième place des vendeurs de téléphones dans le monde, derrière le sud-coréen Samsung mais devant l'américain Apple.

Huawei est de plus une des entreprises en pointe sur les infrastructures télécom (antennes etc), et en particulier la 5G, l'internet mobile nouvelle génération en cours de déploiement.

Google, dont le système d'exploitation mobile Android équipe une très large majorité des téléphones dans le monde, a indiqué dimanche qu'il devait se conformer à la décision américaine, ce qui devrait avoir pour conséquence de priver Huawei d'accès à certaines applications-clés fournies avec Android, comme Gmail ou Google Maps.  Huawei pourrait ne plus avoir accès qu'à la version basique « open source », libre de droits, d'Android.

Interrogé par l'AFP, Microsoft, qui fournit lui aussi un système d'exploitation équipant des appareils Huawei, n'a pas donné suite.

Vers l'indépendance

Pour beaucoup d'analystes, le risque pour les firmes américaines n'est pas tant à court terme qu'à long terme.

Car pour Roger Kay (Endpoint Technologies), cela devrait accélérer les efforts de Huawei et autres firmes chinoises pour trouver d'autres fournisseurs.

« A court terme, l'effet est inévitablement négatif pour les entreprises américaines et chinoises », estime-t-il.

« A plus long terme, le résultat, c'est que Huawei et les autres groupes chinois vont se détourner davantage des fournisseurs américains », ajoute cet expert.

Également sollicités par l'AFP, Intel et Qualcomm n'ont pas donné suite.

Apple, pour qui la Chine est un marché très important, pourrait aussi faire les frais des sanctions si elles durent, souligne Avi Greengart (Techsponential), évoquant par exemple un retour de bâton anti-Apple de la part des Chinois.

Mais les sanctions contre Huawei pourraient toucher aussi de plus petites entreprises, comme Corning, qui fabrique un verre ultra-résistant pour téléphone ou le spécialiste audio Dolby. La firme Lumentum Holdings, spécialisée dans l'optique et le laser, a indiqué que Huawei représentait actuellement 15 % de son chiffre d'affaires.

« Quand on pense à tous les composants, qu'ils soient matériels ou logiciels, ça fait une longue liste », dit Avi Greengart.

Patrick Moorhead, de Moor Insights & Strategy pense aussi que le risque « dépendra de la durée de l'interdiction mais aussi de la dépendance financière (des firmes américaines) à Huawei ».

« Ni Intel, ni Google ou Nvidia (composants, NDLR) ne font plus de 3 % de leurs activités avec Huawei, donc à court terme, cela ne devrait pas être un problème », relève-t-il.

Bob O'Donnell lui aussi pense que la décision américaine encourage encore davantage les entreprises chinoises à s'affranchir de la Silicon Valley et Huawei pourrait par exemple chercher à mettre au point un troisième système d'exploitation mobile, en plus d'Android et iOS (Apple).




la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer