C’est finalement la mise d’Air Canada qui a été retenue par le conseil d’administration de Transat. Le géant basé à Montréal offre 13$ par action, ou environ 520 millions de dollars, pour sa rivale. 

Jean-François Codère Jean-François Codère
La Presse

Dans des communiqués distincts, les deux entreprises ont annoncé avoir conclu une entente d’exclusivité leur donnant 30 jours pour négocier les détails finaux de cette entente. 

« Cette annonce est une bonne nouvelle pour Transat », a déclaré dans un communiqué Jean-Marc Eustache, président et chef de la direction de Transat. « C'est l'occasion de s'adosser à une grande entreprise qui connaît et comprend notre métier et qui a un succès incontestable dans le voyage. Ceci représente la meilleure perspective non seulement de maintien, mais de croissance à long terme de l'activité et des emplois que Transat a développés au Québec et ailleurs depuis plus de 30 ans. »

« L'acquisition présente une occasion unique de se mesurer aux plus grands du marché mondial du voyage d’agrément, a pour sa part fait valoir le président et chef de la direction d’Air Canada, Calin Rovinescu. Nous pourrons ainsi élargir notre plaque tournante de Montréal, l'aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau, où nous avons ajouté 35 liaisons depuis 2012 pour les collectivités de Montréal et du Québec, et au départ de laquelle nous avons transporté 10 millions de passagers en 2018 seulement. »

Si la direction de Transat devait décider d’accepter une offre concurrente non sollicitée et supérieure d’au moins 1$ par action, elle devrait verser à Air Canada une pénalité de 15 millions de dollars. 

En contrepartie, Air Canada s’engage à verser 40 millions si elle doit se désister, notamment en raison d’obligations réglementaires. La question d’un possible refus du Bureau de la concurrence a été régulièrement soulevée par des observateurs au cours des derniers jours. 

La direction de Transat explique avoir être sollicitée par « plusieurs parties » et avoir retenu l’offre d’Air Canada notamment en raison de « l'intérêt de la société et de ses parties prenantes, l'environnement économique et réglementaire dans lequel Transat évolue [et] le prix proposé de 13,00 $ par action, lequel représente une prime de 148,5 % sur le cours moyen pondéré en fonction du volume pour les 20 jours précédant la date de l'annonce du 30 avril 2019 ».