(Montréal) Environ 85 employés du service des nouvelles du Réseau des sports (RDS), une chaîne de Bell Média à Montréal, viennent de se syndiquer.

Lia Lévesque
La Presse canadienne

Le Conseil canadien des relations industrielles vient en effet d’accréditer un syndicat pour représenter tous les employés affectés au service des nouvelles, à l’exclusion des chroniqueurs, des analystes, des producteurs seniors et de tous ceux qui sont de rang supérieur.

L’employeur, Bell Média, s’était opposé à ce que certains postes soient inclus dans l’unité d’accréditation syndicale, soit les postes de producteur, réalisateur, producteur de contenu, coordonnateur administratif et assistant administratif. Il alléguait qu’il s’agissait de postes de direction et de supervision.

Il s’était aussi opposé à ce que soit inclus dans le syndicat le poste d’animateur. Dans ce cas, il avait invoqué « un manque de communauté d’intérêts avec les autres postes visés » par l’unité d’accréditation syndicale.

Mais après avoir entendu les observations des parties et étudié la jurisprudence en semblable matière, le Conseil canadien des relations industrielles a décidé que ces postes, soit animateur, assistant administratif, coordonnateur administratif, producteur de contenu, réalisateur et producteur feraient aussi partie de l’unité d’accréditation syndicale.

Il reste toutefois à déterminer si quatre journalistes qui travaillent à l’extérieur de l’établissement du boulevard René-Lévesque Est à Montréal seront aussi membres du syndicat. Le Conseil a tout de même accrédité le syndicat, puisqu’il bénéficiait d’un appui majoritaire, peu importe l’issue pour ces quatre travailleurs.

« Pour nous, c’est une bonne nouvelle qu’il y ait encore ces mouvements-là de syndicalisation dans les salles de nouvelles qui ne sont pas déjà syndiquées. C’est un mouvement qu’on observe aussi entre autres aux États-Unis, où il y a eu beaucoup de syndicalisation dans les dernières années. Donc, ce n’est pas étranger à la crise qu’on vit » dans les médias, a souligné en entrevue avec La Presse canadienne, lundi, Pascale St-Onge, présidente de la Fédération nationale des communications, affiliée à la CSN, qui les représente.

« Les motifs de syndicalisation pour les journalistes, de façon générale, existent depuis plusieurs décennies. Là-dedans, il y a vraiment une volonté pour les journalistes d’améliorer non seulement leurs conditions de travail, mais aussi les clauses professionnelles, donc les protections pour l’exercice en toute liberté de leur travail », a-t-elle affirmé.

Au moment d’écrire ces lignes, Bell Média n’avait pas encore répondu à l’invitation de commenter l’accréditation d’un syndicat dans la salle des nouvelles de RDS.