Le patron de Canada Goose a défendu les plans de croissance du détaillant de parkas de luxe, dont l’action a perdu près du tiers de sa valeur dans la foulée du dévoilement des plus récents résultats et prévisions financières de la société.

Aleksandra Sagan
La Presse canadienne

Dans ses perspectives, la société a annoncé mercredi s’attendre à une croissance annuelle de ses ventes d’au moins 20 % pour l’exercice en cours. Toutefois, Canada Goose a enregistré une croissance de ses revenus de 40 % au cours de son dernier exercice, ses ventes ayant totalisé 830,5 millions, contre 591 millions lors de l’exercice précédent.

Les revenus du dernier trimestre de la société ont également affiché leur plus faible croissance en huit trimestres et n’ont pas répondu aux attentes des analystes, a observé la firme Cannacord Genuity Wealth Management dans une note publiée en matinée.

Les revenus ont totalisé 156,2 millions au plus récent trimestre, contre 124,8 millions un an plus tôt, alors que les analystes s’attendaient en moyenne à un chiffre d’affaires de 156,78 millions, selon les prévisions recueillies par Thomson Reuters Eikon.

« Il est impossible de savoir ce qui se passe dans la tête des gens et pourquoi ils réagissent comme ils le font », a observé le chef de la direction, Dani Reiss, lors d’une entrevue à la suite de la conférence téléphonique avec les analystes, pendant laquelle il a été souvent questionné au sujet de la prévision sur les revenus.

« Je ne pense pas que nos prévisions suggèrent que nos ventes vont ralentir », a-t-il affirmé.

Reiss a insisté sur les projets de la société visant à ajouter huit magasins à son réseau, qui en compte actuellement 11, au cours du nouvel exercice. Trois d’entre eux seront en Chine, a-t-il précisé. La société exploite déjà un magasin à Hong Kong et un autre à Pékin.

La société considère la Chine comme une grande occasion de croissance, car il s’agit du plus grand marché de luxe au monde, a poursuivi M. Reiss, et la demande pour son produit est forte dans ce pays.

Il a également expliqué que la société envisageait de lancer une ligne de bottes dans les années à venir. M. Reiss considère cela comme une extension naturelle de Canada Goose, compte tenu de sa réputation de chaleur et de protection contre les éléments.

La société a acquis l’an dernier Baffin, un concepteur et fabricant canadien de bottes.

Canada Goose n’a pas encore annoncé de date pour le lancement des nouveaux produits, mais M. Reiss a indiqué que ce ne serait probablement pas l’année prochaine.

Canada Goose a engrangé un bénéfice de 9 millions pour son quatrième trimestre clos le 31 mars, un résultat en hausse par rapport à celui de 8,1 millions réalisé à la même période l’an dernier.

Le bénéfice par action de l’entreprise s’est chiffré à 8 cents, en hausse par rapport à celui de 7 cents affiché un an plus tôt.

Sur une base ajustée, Canada Goose a réalisé un bénéfice de 9 cents par action, identique à celui du quatrième trimestre de l’an dernier.

Les analystes s’attendaient en moyenne à un profit de 6 cents par action pour le trimestre, selon les prévisions recueillies par Thomson Reuters Eikon.

L’action de l’entreprise a plongé de 20,69 $, soit 31,05 %, à la Bourse de Toronto, où elle a clôturé à 45,94 $.