Le chiffre d'affaires a certes plongé de 27,4% sur un an à 29,28 milliards de dollars, mais il est au-dessus des 28,54 milliards anticipés par les marchés.

Publié le 29 juill. 2016
AGENCE FRANCE-PRESSE

La pétrolière Chevron est tombée dans le rouge au deuxième trimestre, en raison de dépréciations d'actifs dans l'activité d'exploration et production énergétiques qui l'ont conduit à inscrire une charge de 2,8 milliards de dollars dans ses comptes.

La perte nette s'élève à 1,47 milliard de dollars contre un bénéfice net de 571 millions de dollars à la même période un an plus tôt, a indiqué vendredi le groupe californien qui aligne ainsi son troisième trimestre consécutif de pertes.

La perte par action ajustée des éléments exceptionnels, référence en Amérique du Nord, ressort à 78 cents soit bien plus que le déficit de 32 cents redouté en moyenne par les analystes.

«Les résultats du deuxième trimestre reflètent de bas prix du brut et notre ajustement continu à un monde de pétrole pas cher», a expliqué le PDG John Watson, cité dans le communiqué.

«Dans l'activité «amont», nous avons déprécié des actifs et inscrit des charges liées à d'autres actifs dont les revenus, notamment dans la production pétrolière et gazière, devraient être insuffisants pour couvrir les coûts», a poursuivi le dirigeant.

Chevron est plus sensible aux fluctuations des cours de l'or noir que son rival ExxonMobil, car 67% de sa production est constituée de pétrole.

Les cours du brut ont chuté de 19% entre le deuxième trimestre 2015 et le deuxième trimestre 2016.

Sans grande surprise, les activités de l'amont (production-exploration pétrolière) ont creusé leur perte à 2,46 milliards de dollars, contre -2,21 milliards au deuxième trimestre 2015.

Le raffinage (aval) a échoué à compenser le recul dans l'exploration: le bénéfice de cette activité a été divisé par plus de deux à 1,28 milliard de dollars.

Traditionnellement, quand les prix du brut sont bas, les coûts de traitement sont allégés, ce qui profite aux raffineurs comme Chevron qui est également propriétaire de stations-service.

La production du groupe s'élève à 2,53 millions de barils par jour (mbj), en baisse de 2,69% principalement à cause des cessions de puits et de la maintenance de certains gisements.

À Wall Street, l'action reculait de 1,76% à 100 dollars vers 9h dans les échanges électroniques de préséance.