(Portland) L’appétit de la Chine pour le homard provenant d’Amérique du Nord est bien loin de se tarir malgré le ralentissement du commerce international causé en partie par la crise de la COVID-19.

Publié le 17 janvier
Patrick Whittle Associated Press

Durant les onze premiers mois de 2021, les États-Unis ont exporté pour plus de six millions de kilogrammes de homard en Chine, une hausse de 6 % par rapport à la période correspondante de l’année précédente. La pêche au homard des États-Unis a principalement lieu dans les eaux de l’État du Maine.

Un analyste de l’industrie, John Sackton, fondateur du site web www.seafoodnews.com, affirme que l’augmentation des exportations canadiennes lors des onze premiers mois de l’an dernier a été encore plus forte que celle observée aux États-Unis.

L’industrie canadienne du homard est concentrée au Québec et dans les quatre provinces de la région de l’Atlantique.

La demande de la Chine pour le homard du Canada et des États-Unis a fortement augmenté depuis 2010 en raison de l’expansion de la classe moyenne chinoise. Le crustacé est particulièrement apprécié par les familles chinoises lors des festivités du Nouvel An chinois qui a lieu le 1er février cette année.

La compagnie The Lobster Company basée à Arundel, au Maine, signale que l’envoi de homards vivants à Pékin est compliqué cette année en raison des restrictions sanitaires, mais que les exportateurs ont la possibilité d’utiliser d’autres aéroports chinois, dont celui de Shenzhen.