L’entreprise canadienne de télécommunications Telus veut se servir de la technologie pour mieux gérer la chaîne alimentaire, des champs jusque dans votre assiette. L’objectif avoué : réduire le gaspillage et améliorer la productivité du secteur alimentaire.

Vincent Brousseau-Pouliot
Vincent Brousseau-Pouliot La Presse

L’entreprise de Vancouver accroît ses ambitions mondiales dans l’industrie de l’agriculture en annonçant jeudi le lancement de sa division Telus Agriculture, qui offre des services de données évoluées et d’intelligence artificielle sur l’ensemble de la chaîne agroalimentaire, de la ferme jusqu’à l’épicerie. Telus Agriculture gère déjà 100 millions d’acres de terres pour 6000 clients dans 50 pays.

« L’un des plus grands défis de notre génération, c’est l’accès à de la nourriture de qualité et sécuritaire pour l’ensemble de la planète. La population grandit, mais pas les terres arables. On sait qu’on se dirige vers une crise à l’échelle planétaire. La demande de nourriture sera plus élevée de 70 % d’ici 2050, on va devoir augmenter nos capacités de production », a dit François Gratton, président du groupe Telus et chef de la direction de Telus Santé et de Telus Agriculture, en entrevue avec La Presse.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

François Gratton, président du groupe Telus et chef de la direction de Telus Santé et de Telus Agriculture

Le rôle et la mission sociale qu’on s’est donnés, c’est d’utiliser la technologie pour assurer l’accès aux gens à de la nourriture de grande qualité, qu’on peut tracer à partir du moment où une graine a été mise en terre jusqu’au moment où la nourriture est dans notre assiette.

François Gratton, président du groupe Telus et chef de la direction de Telus Santé et de Telus Agriculture

Depuis 18 mois, Telus a acquis sept entreprises de technologies dans l’industrie de l’agroalimentaire « pour faire de Telus un leader mondial au niveau des technologies liées à l’agriculture », précise François Gratton. Telus n’a pas dévoilé la somme payée pour l’ensemble de ses acquisitions. Les deux dernières acquisitions américaines annoncées depuis une semaine : AFS Technologies (pour 315 millions de dollars) et Agrian.

La grande majorité des activités de Telus Agriculture sera à l’extérieur du Canada. Telus Agriculture a actuellement 1200 employés dans neuf pays (Canada, États-Unis, Mexique, Brésil, Arménie, Chine, Allemagne, Australie, Royaume-Uni), dont 250 au Canada.

Plus efficace, moins de gaspillage

Telus fait le pari que la technologie permettra à l’industrie de l’agriculture d’être plus efficace. On réduirait ainsi le gaspillage des terres et des aliments.

On veut augmenter l’efficacité de l’agriculture, éviter le gaspillage, s’assurer de la qualité des aliments jusque dans nos assiettes.

François Gratton

Le plan d’affaires de Telus Agriculture : offrir des services tout au long de la chaîne alimentaire. « En agriculture, il y a principalement trois grandes sphères : les manufacturiers d’équipement, les fermes et la chaîne de distribution mondiale. Dans chacune de ces sphères, plein d’entreprises offrent des solutions, mais elles sont très isolées les unes des autres. Aucune entreprise n’a regardé la possibilité que les données puissent être disponibles pour l’ensemble des participants à la chaîne », explique François Gratton, qui est aussi à la tête de Telus Santé.

À titre d’exemple, Telus Agriculture offre déjà des services aux fermiers pour analyser les besoins précis d’eau, de pesticides et de nutriments pour leurs champs, afin de réduire le gaspillage. Éventuellement, un épicier pourrait ainsi savoir précisément ce qui a été utilisé pour faire pousser les légumes sur ses étagères.

Un géant des télécoms différent

Telus fait partie du « Big 3 » canadien des télécoms, avec Bell et Rogers, mais l’entreprise de Vancouver, qui a 6000 employés au Québec, diffère un peu des autres conglomérats de télécoms.

Contrairement à ses concurrents, Telus n’est pas intéressée par les stations de radio, les chaînes de télé ou les équipes de sport professionnel. Depuis 12 ans, Telus a une division en services de santé qui génère aujourd’hui des revenus de 800 millions par an, soit environ 5,5 % des revenus de l’entreprise (14,7 milliards en 2019). Sa division Telus International, qui offre des services de gestion de données et d’intelligence artificielle aux entreprises, a aussi mis les bouchées doubles depuis cinq ans. En 2020, la division a généré des revenus de 1,5 milliard et a fait deux acquisitions de plus de 1 milliard de dollars chacune. Si bien que Telus a comme objectif d’inscrire Telus International comme une entité séparée en Bourse au cours des trois premiers mois de l’année 2021.

On est de moins en moins comparables aux autres [géants des télécoms]. On ne voyait pas qu’on pouvait bâtir de la valeur à long terme dans ces secteurs [le sport, le divertissement et le contenu].

François Gratton

« On s’est donné une mission à vocation sociale d’identifier les secteurs d’activités qui avaient des défis pour lesquels les technologies de l’information pouvaient être une partie du remède. »

Comme contrôler la qualité de la nourriture dans votre assiette.