Quelques milligrammes de toute l’actualité scientifique de la semaine

Éric-Pierre Champagne Éric-Pierre Champagne
La Presse

Les plans d’eau douce menacés

Les lacs et les rivières comptent parmi les écosystèmes les plus durement affaiblis sur la planète. C’est la conclusion d’un rapport publié récemment par le Fonds mondial pour la nature (WWF). On rappelle que la population des vertébrés d’eau douce a carrément décliné de 86 % depuis 1970, soit deux fois plus que les espèces terrestres ou marines. Tout près du tiers des espèces de poissons d’eau douce seraient aujourd’hui menacées de disparition. Selon Kathy Hugues, auteure principale du rapport, la biodiversité des plans d’eau douce est en quelque sorte un canari dans la mine. « Si ces écosystèmes ne sont plus en mesure de soutenir cette importante biodiversité, alors c’est évident que ce n’est pas une bonne nouvelle pour l’humanité. »

Quiz

Q. L’homme occidental moins fertile ?

PHOTO STOCKPHOTO

Représentation de spermatozoïdes qui s’approchent de l’ovule

R. Plusieurs études ont fait état de la baisse des spermatozoïdes chez l’homme depuis plus de 40 ans. Or, la fertilité masculine poursuit son déclin au rythme de 1,6 % chaque année dans les pays les plus riches. Une méta-analyse réalisée par des chercheurs de l’Université de Jérusalem a établi que le nombre de spermatozoïdes présents dans le sperme des hommes occidentaux a diminué de 60 % depuis 1980. Une donnée qui suscite une certaine inquiétude considérant le fait que de plus en plus de couples décident de fonder une famille passé la trentaine.

Le chiffre

1 milliard

PHOTO NASA, REUTERS

Le Soleil sera de plus en plus chaud, ce qui réduira considérablement le niveau de dioxyde de carbone dans l’atmosphère terrestre.

Dans plus ou moins 1 milliard d’années, la vie sur Terre sera pratiquement impossible en raison du faible taux d’oxygène dans l’atmosphère. Le Soleil sera de plus en plus chaud, ce qui réduira considérablement le niveau de dioxyde de carbone dans l’atmosphère terrestre. Du même coup, la capacité des plantes à absorber le dioxyde de carbone pour le transformer en oxygène chutera dramatiquement, estiment deux chercheurs japonais et américain dans le cadre d’un projet réalisé pour le compte de la NASA. Rappelons que l’âge de notre planète est actuellement estimé à 4,5 milliards d’années et qu’Homo sapiens a fait son apparition il y a plus ou moins 300 000 ans.

Des égoportraits dangereux

PHOTO BEN BIRCHALL, ASSOCIATED PRESS

Gorilles au Zoo de Bristol, en Angleterre

Des chercheurs de l’Université d’Oxford ont mené une curieuse étude à partir de photos publiées sur Instagram concernant les gorilles des montagnes et la COVID-19. Si le sujet peut paraître anecdotique, les résultats, eux, ne le sont pas. Les scientifiques ont conclu que le virus pourrait facilement être transmis à ces grands singes qui ont un bagage génétique très semblable à celui de l’homme. Des cas de COVID-19 ont d’ailleurs été répertoriés chez des gorilles, notamment au zoo de San Diego. Or, le gorille des montagnes est une espèce menacée. Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature, il ne restait qu’un peu plus de 1000 individus encore en vie.

Gaz à effet de serre : gare au rebond

PHOTO ARCHIVES LA TRIBUNE

Les émissions mondiales de gaz à effet de serre ont diminué de 7 % au cours de la dernière année.

Les émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES) ont diminué de 7 % au cours de la dernière année en raison des mesures de confinement. Mais sans efforts supplémentaires des principaux pays sur la planète pour réduire la dépendance aux énergies fossiles, cette baisse risque d’être de courte durée, rappelle un groupe d’experts internationaux. Dans une étude qui vient d’être publiée dans Nature Climate Change, les auteurs disent s’attendre à un rebond des émissions de GES une fois les principales mesures de confinement terminées. Un phénomène semblable s’était d’ailleurs produit après la crise financière en 2009 qui avait mis à mal plusieurs secteurs de l’économie. L’Agence internationale de l’énergie vient d’ailleurs d’annoncer que les émissions du secteur de l’énergie ont grimpé de 2 % entre décembre 2019 et décembre 2020.