Après avoir frappé Karina Esquivel et fui les lieux, James Gould s'inquiétait de l'état de la jeune femme de 18 ans. «Si elle est pas correcte, ma vie est finie», a-t-il confié à son frère Jeremiah, le soir du 23 avril 2007.

Christiane Desjardins LA PRESSE

C'est ce que Jeremiah Gould, 17 ans, a raconté, hier, alors qu'il témoignait au procès aux assises de son frère aîné. James Gould, 25 ans, est accusé du meurtre non prémédité de Karina Esquivel. Celle-ci aurait eu la tête fracassée à coups de pied, au terme d'une soirée bien arrosée, dans l'appartement de l'accusé et de sa conjointe, Imane Akrif, à Dorval. Gould aurait pété les plombs parce que Karina Esquivel serait intervenue dans une querelle entre Mme Akrif et lui.

 

Hier, Jeremiah a expliqué que l'ambiance était pourtant bonne dans l'appartement pendant la soirée. Outre James et Jeremiah, il y avait Imane, Karina et Sandrine. L'alcool coulait, et on s'apprêtait à manger des tournedos. Les choses ont commencé à tourner au vinaigre quand Imane et Karina sont allées à la salle de bains, manifestement pour se pomponner, et qu'elles parlaient ensemble. Ne comprenant pas le français, James a demandé à Jeremiah d'aller écouter ce qu'elles disaient et de lui répéter. Jeremiah s'est exécuté. Il a entendu Karina dire à Imane qu'elle méritait mieux que James. Apprenant cela, James n'était pas content.

Du sang sur les souliers

Selon Jeremiah, Karina s'est mise à crier à un certain moment, et James est devenu très calme. Ce qui signifie qu'il était très fâché, a précisé Jeremiah. Karina aurait poussé Jeremiah, et James aurait poussé Karina. Imane s'en est mêlée et a été poussée elle aussi. À un certain moment, Jeremiah a vu James lever le poing vers Karina. «Mon frère a frappé Karina dans la face.» Jeremiah se souvient ensuite que Karina était par terre, avec du sang sur la joue, «pas beaucoup», et ne bougeait plus. Il s'est enfui en courant, puis est monté dans un autobus. Pur hasard, son frère James était assis à l'arrière de ce bus. Jeremiah est allé le rejoindre, et il a vu du sang sur les souliers de son frère. Ils ont alors échangé leurs souliers. «Je savais qu'il se ferait prendre plus vite s'il les gardait», a expliqué Jeremiah, hier.

Au bout d'un certain temps, les deux frères sont descendus de l'autobus et sont allés discuter au bas d'une petite pente. C'est là que James a fait part de son inquiétude à propos de Karina. Peu après, James est parti, et Jeremiah est rentré à la maison. Le lendemain, il a enlevé le sang séché sur les souliers de James, et il les a portés pour aller à l'école. Plus tard, il a encore rechangé de souliers avec son frère James.

Jeremiah poursuivra son témoignage ce matin.

Mensonge

Un peu plus tôt, hier, Me Ronnie MacDonald a fini de contre-interroger Imane Akrif. On a appris que celle-ci avait menti à la police, la nuit du 23 avril. Elle avait prétendu que Karina avait été battue par deux Jamaïcains, qu'elle avait d'ailleurs décrits. Ensuite, elle avait donné une autre version, fausse elle aussi. Mme Akrif affirme aujourd'hui qu'elle n'a pas fait ça pour protéger James, mais parce qu'elle était sous le choc.

En questionnant Mme Akrif, Me MacDonald s'est beaucoup attardé sur la consommation d'alcool ce soir-là. Il insinue que tout le monde était éméché, et que James Gould n'était pas dans son état normal. Lors de son décès, Karina Esquivel avait 0,261 d'alcoolémie, ce qui représente plus de trois fois la limite permise pour une personne qui conduit un véhicule.