Source ID:13bf48da-396e-4e56-b09d-bbd91c95ac34; App Source:alfamedia

André Arthur n'est pas au bout de ses peines

L'ex-animateur André Arthur... (Photo Jean-Marie Villeneuve, archives Le Soleil)

Agrandir

L'ex-animateur André Arthur

Photo Jean-Marie Villeneuve, archives Le Soleil

(QUÉBEC) Congédié plus tôt cette semaine par la station de radio qui l'employait, l'ex-animateur André Arthur n'est pas au bout de ses peines. Son ancien employeur et lui ont rendez-vous en cour pour faire face à une poursuite de 500 000 $.

L'expert en sécurité Michel Juneau-Katsuya... (PHoto Patrick Doyle, archives La Presse canadienne) - image 1.0

Agrandir

L'expert en sécurité Michel Juneau-Katsuya

PHoto Patrick Doyle, archives La Presse canadienne

L'expert en sécurité Michel Juneau-Katsuya confirme que la poursuite qu'il a intentée en mars dernier contre Arthur et Leclerc Communication n'a pas été réglée à l'amiable. À moins d'un revirement de situation, le procès aura lieu du 7 au 10 mai au palais de justice de Québec.

L'affaire remonte à février dernier, après l'attentat à la mosquée de Québec. M. Juneau-Katsuya, ancien cadre du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS), avait déclaré à RDI que des animateurs de radio avaient « du sang sur les mains ».

André Arthur avait ensuite fait une série d'interventions en ondes à propos de M. Juneau-Katsuya. Il a laissé entendre, selon la poursuite, que l'analyste en sécurité, souvent appelé à commenter dans les médias, était « à la solde et sous le contrôle de groupes terroristes islamistes ».

« Ça fait 40 ans que je me bats contre le terrorisme aux côtés du gouvernement du Canada. De m'associer au terrorisme, c'était de la diffamation tout au long », a expliqué hier M. Juneau-Katsuya en entrevue.

«Ce qui a fait déborder le vase, c'est qu'il a nommé le nom de mon père, le nom de ma mère et la ville dans laquelle ils demeuraient. C'était aller trop loin de commencer à impliquer ma famille. Il a nommé mon ex-épouse également.»

Michel Juneau-Katsuya

L'homme a donc déposé en mars dernier une poursuite. Il réclame 200 000 $ à André Arthur et 300 000 $ à Leclerc Communication pour dommages moraux et punitifs.

Leclerc Communication « savait que son animateur était un récidiviste notoire en matière de diffamation et elle lui a tout de même donné accès aux ondes publiques, malgré le risque évident et hautement probable que le défendeur représentait pour la réputation d'autrui », fait valoir l'avocat de M. Juneau-Katsuya dans sa demande introductive d'instance datée du 23 mars 2017.

Notons qu'André Arthur a perdu son micro lundi. La station BLVD, propriété de Leclerc Communication, l'a congédié dans la foulée de propos d'Arthur, qui a rebaptisé la rue Saint-Jean à Québec « boulevard du sida », « au coeur du quartier gai ».

« PAS TOMBÉS SUR LE BON GARS »

Alors que ce type de cause se règle souvent à l'amiable, celle-ci se dirige vers le tribunal. M. Juneau-Katsuya, qui paye ses frais d'avocats de sa poche, n'a pas l'intention de flancher. « Souvent, on essaye d'essouffler l'autre. Mais ils ne sont pas tombés sur le bon gars », dit-il.

Leclerc Communication a répondu à la poursuite de l'analyste en sécurité par une autre. Elle demande 85 000 $ à Juneau-Katsuya pour ses propos sur le « sang sur les mains ». Hier, l'entreprise n'a pas voulu dire si le congédiement d'Arthur allait changer quoi que ce soit dans ce face-à-face judiciaire.

« Comme la cause est actuellement pendante devant les tribunaux, vous comprendrez que nous devons nous abstenir de tout commentaire en lien avec cette affaire », a expliqué le vice-président à la programmation, Jean-François Leclerc.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer