La police de Longueuil appelle à la vigilance en lien avec la « recrudescence » d’un stratagème de fraude visant particulièrement les personnes âgées, qui consiste à simuler des transactions frauduleuses sur un compte pour ensuite récupérer des cartes de crédit.

Publié le 28 janvier
Henri Ouellette-Vézina
Henri Ouellette-Vézina La Presse

Ce type de fraude, plus communément appelé « les faux représentants », est connu des policiers longueuillois, qui disent être intervenus « dans plus de 50 dossiers du genre à la suite de plaintes reçues de la part de citoyens » au cours des derniers mois. Mais récemment, le Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL) dit constater une « recrudescence du nombre de fraudes » reliées à cette pratique.

En général, le modus operandi de ces « faux représentants » est toujours le même. D’abord, un premier suspect contacte les victimes sur leur ligne résidentielle, et leur fait part de « prétendues transactions frauduleuses » sur leur compte bancaire. Une application internet est alors utilisée pour faire apparaître « Desjardins » sur l’afficheur de la victime, afin que celle-ci croit parler à l’institution financière.

Peu après, le fraudeur mentionne habituellement à la victime « qu’elle est victime de fraude » et lui demande de « déposer ses cartes bancaires ainsi que ses numéros d’identification personnels (NIP) dans une enveloppe, afin qu’un collègue puisse aller les récupérer le plus rapidement possible ». De nouvelles cartes seront livrées plus tard, promet-on à la personne au bout du fil. À peu près au même moment, un deuxième suspect se présente au domicile de la victime afin de récupérer l’enveloppe.

« Le tout se déroule généralement sous pression, en invoquant l’urgence, alors que la victime est parfois encore au téléphone avec le faux représentant. Des transactions sont ensuite effectuées dans les minutes et les heures qui suivent chez des commerçants situés à proximité de l’adresse de récupération des cartes », expliquent les autorités.

Celles-ci conseillent de ne jamais donner de renseignements personnels au téléphone, et de se méfier des appels non sollicités où l’on vous demande votre nom, votre adresse, votre date de naissance, votre numéro d’assurance sociale ou encore vos données bancaires, telles un numéro de carte de crédit.

« Aucune institution bancaire ne vous demandera de récupérer vos cartes de débit ou de crédit, ainsi que vos numéros d’identification personnels (NIP) », rappelle le SPAL, qui suggère aux personnes pensant être au téléphone avec un fraudeur de « mettre fin à l’appel », puis de contacter le numéro se trouvant à l’arrière de votre carte de crédit, « si possible à partir d’un autre appareil téléphonique ». Il est aussi possible de joindre le 911 pour signaler tout type de fraude.