Un adolescent âgé de 17 ans a été tué par balle jeudi soir à Montréal, selon le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Mis à jour le 14 janvier
Florence Morin-Martel
Florence Morin-Martel La Presse
Philippe Teisceira-Lessard
Philippe Teisceira-Lessard La Presse

Vers 18 h 50, plusieurs appels ont été faits au 911 pour signaler une personne blessée, près des rues Roy et Rivard, dans l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal. En arrivant sur les lieux, les policiers ont trouvé la victime, qui était atteinte au haut du corps. L’adolescent a été transporté à l’hôpital, où il a succombé à ses blessures.

Il s'agit du premier meurtre commis sur le territoire du SPVM en 2022.

Selon les informations du SPVM, un ou plusieurs suspects auraient pris la fuite avant l’arrivée des policiers. Il n’y a aucune arrestation pour le moment.

Au passage de La Presse vers 21 h, quelques piétons s’arrêtaient pour observer la quinzaine de voitures de police sur les lieux. Alors qu’il allait jouer au hockey plus tôt, Charles-Olivier L’Homme raconte avoir aperçu quelqu’un couché au sol, entouré de trois autres personnes « en panique ». « Elles criaient : “Il va mourir !” », raconte le jeune homme, qui dit avoir vu les premiers policiers arriver sur la scène.

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

Il n’y a aucune arrestation pour le moment.

Philippe Rochon a entendu la fusillade à quelques dizaines de mètres de son domicile.

« J’étais chez moi, assis dans mon divan, et j’ai entendu quatre fois ce que je crois être des coups de feu », a-t-il raconté à La Presse en entrevue téléphonique. « J’entendais des gens crier dans la rue. Je me suis levé pour regarder par la fenêtre, et c’est là que j’ai vu deux personnes courir et une personne étendue dans la neige, sur le bord de la rue. Il devait être à 50 mètres. »

« Au début, il ne bougeait pas, puis il s’est mis à bouger. Je me disais qu’il était peut-être juste tombé. Mais le monde capotait, a-t-il poursuivi. Il était sur le ventre au début, mais les gens qui sont venus l’aider l’ont mis sur le dos. Le gars gémissait, mais je ne voyais pas de blessures. »

Les services d’urgence n’ont pas tardé à arriver sur place. « Ça a pris une minute et demie, deux minutes, et 15 autos de police se sont pointées. »

Près d’une garderie

Philippe Rochon a indiqué que la fusillade s’était produite juste devant une garderie.

Il y a un parc, une garderie. Il y a quand même des familles. Tu ne t’attends pas à ça. Tu ne t’attends jamais à ça.

Philippe Rochon

Rencontré sur les lieux, Nicolas Castillo-Caron, un voisin, dit ne pas être étonné de l’évènement, étant donné que Montréal est une grande ville. « Mais c’est sûr que c’est différent quand c’est au bout de ta rue », dit le jeune homme. « C’est triste de savoir que ce sont des jeunes », ajoute-t-il.

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

Un périmètre de sécurité a été mis en place sur les lieux de la fusillade.

Lorina Brault affirme n’avoir rien entendu de son appartement, situé près de la scène. « Ça me stresse vraiment et ça m’étonne beaucoup, lance-t-elle. Dans ce coin, je connais beaucoup les gens. »

Un périmètre de sécurité a été mis en place. Une enquête est en cours afin de faire la lumière sur les évènements.