Un ressortissant allemand sans statut au Canada a été condamné à 15 ans de pénitencier à la mi-juillet, relativement à une saisie record de deux tonnes d’opium évaluée à 30 millions de dollars et effectuée par la Police provinciale de l’Ontario (OPP) en avril 2020 à Wentworth-Nord, dans les Laurentides.

Publié le 14 août 2021
Daniel Renaud
Daniel Renaud La Presse

La preuve présentée en cour a permis de lever un peu le voile sur les méthodes discrètes des trafiquants, qui contrôlaient cette spectaculaire quantité de drogue, opéraient dans la région de Toronto et auraient eu des ramifications en Europe et au Moyen-Orient.

Selon un résumé des faits lu par la procureure de la poursuite fédérale, MMarie-Ève Moore, c’est en février 2020 que la Drug Enforcement Administration américaine a avisé l’OPP qu’une importante quantité d’opium était à vendre dans la région de Toronto.

Les enquêteurs ontariens ont rapidement identifié des suspects et observé des transactions à coups de kilogramme d’opium dans la région de la Ville Reine.

Le 22 avril, ils ont observé l’un des deux individus en train de discuter avec un autre homme dans un stationnement, l’ont vu prendre un sac de hockey dans le véhicule de ce dernier et le déposer dans son camion. Ils l’ont suivi et l’ont intercepté à Trenton. Dans le camion, ils ont retrouvé le sac de hockey qui contenait 28 kilogrammes d’opium.

Un autre groupe de policiers a suivi l’autre individu, qui les a menés à une résidence un peu reculée de la route principale à Wentworth-Nord.

Après avoir obtenu un mandat, les enquêteurs ont perquisitionné dans la maison des Laurentides louée par un certain Hans Lanzrath, 68 ans, ressortissant allemand sans statut au Canada et résidant de la ville de Bonn.

Au moment de transporter M. Lanzrath en voiture de patrouille à destination d’un poste de police, un policier du SPVM, qui a pris part à la perquisition, a constaté la présence d’un porte-clés dans le manteau du suspect.

Le porte-clés contenait la clé d’un garage attenant à la maison et celles d’une remorque munie de trois serrures. Les enquêteurs ont alors ouvert le garage et la remorque, et découvert dans celle-ci 1975 kilogrammes d’opium, dont plusieurs étaient emballés de la même façon que la drogue échangée lors des transactions observées dans la région de Toronto.

  • La valeur d’un kilo d’opium dans la région de Toronto est estimée à 15 000 $.

    PHOTO FOURNIE PAR LA POLICE PROVINCIALE DE L’ONTARIO

    La valeur d’un kilo d’opium dans la région de Toronto est estimée à 15 000 $.

  • Il s’agirait d’une saisie record, selon la police, d’une valeur totale estimée à 30 millions de dollars.

    PHOTO FOURNIE PAR LA POLICE PROVINCIALE DE L’ONTARIO

    Il s’agirait d’une saisie record, selon la police, d’une valeur totale estimée à 30 millions de dollars.

1/2
  •  
  •  

Passeport, billets d’avion et téléphone à clapet

Dans la maison, les limiers ont également retrouvé des sacs de hockey neufs, le passeport allemand de M. Lanzrath, un téléphone à clapet, un billet d’Air Canada pour un vol Francfort-Toronto daté du 27 mars précédent et un autre pour un vol Toronto-Munich prévu le 1er juin suivant.

Une adresse à Bonn figurait sur le passeport. Selon la procureure, la police allemande a vérifié et constaté que M. Lanzrath n’y avait jamais habité, que la résidence était en réalité occupée par l’un de ses amis, que M. Lanzrath y faisait parvenir son courrier et que son ami le récupérait pour lui.

Après analyse, le téléphone à clapet n’affichait qu’un seul numéro de téléphone sur la liste de contacts. Ce numéro de téléphone était allemand. Il y avait très peu d’appels sur le relevé et aucun message texto sortant. Il y avait quelques textos entrants du numéro de téléphone allemand, mais le texte avait été effacé.

Les policiers ont aussi obtenu le relevé des voyages effectués par M. Lanzrath : il est entré au Canada à cinq reprises depuis 2000. Il n’a aucun parent ou ami au pays.

Expulsion à venir

M. Lanzrath a plaidé coupable à des accusations de trafic et de possession d’opium dans un but de trafic le 15 juillet dernier.

Il a brièvement témoigné et s’est surtout exprimé sur ses conditions de détention difficiles, en raison de problèmes de santé et des mesures mises en place dans les centres de détention pour lutter contre la propagation de la COVID-19.

Pour ces raisons, et parce qu’il n’a pu et ne pourra bénéficier des mêmes avantages qu’un citoyen canadien derrière les murs, sa période passée en détention préventive a été calculée en temps et demi, faisant ainsi en sorte qu’il lui reste 11 ans et 9 mois à purger.

Puisqu’il a été condamné à une peine de plus de 10 ans, il devrait être expulsé vers son pays, l’Allemagne, pour grande criminalité, une fois qu’il aura purgé au moins le tiers de sa peine et qu’il sera admissible à une libération conditionnelle.

Les deux autres présumés trafiquants d’opium observés dans l’enquête de l’OPP baptisée Projet Berwick font face à des accusations en Ontario.

M. Lanzrath était représenté par MMichel Massicotte.

Pour joindre Daniel Renaud, composez le 514 285-7000, poste 4918, écrivez à drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l’adresse postale de La Presse.