Youness Aithaqi a été reconnu coupable du meurtre au premier degré de Joseph Sarikakis, tué en plein jour dans un quartier résidentiel de Montréal. Par hasard, un policier spécialisé en filature était sur place et a pu suivre le meurtrier, qui a par la suite été arrêté par d’autres agents du Service de police de la Ville de Montréal.

Véronique Lauzon Véronique Lauzon
La Presse

Daniel Renaud Daniel Renaud
La Presse

Au troisième jour des délibérations, vendredi dernier, le jury a reconnu coupable Youness Aithaqi de meurtre au premier degré, commis le 18 août 2016 dans Ahuntsic-Cartierville, en plein jour et devant plusieurs témoins. Il écope donc automatiquement de la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans.

Le policier Stéphane Riou participait à une filature à la division du crime organisé, au volant d’un véhicule de police banalisé, lorsqu’il a vu Youness Aithaqi « qui portait une veste de construction orange avec des bandes fluorescentes » tirer sur Joseph Sarikakis. Le tireur a ensuite pris la fuite en voiture.

Avec l’aide de ses collègues, l’agent Riou s’est lancé dans une filature qui l’a mené jusqu’à Pointe-Claire où le meurtrier a immobilisé sa voiture dans un stationnement vide pour changer sa plaque d’immatriculation.

Youness Aithaqi a été arrêté, quelques heures plus tard, au Cégep Gérald-Godin.

Fait à noter, après avoir commis le crime, Aithaqi s’est débarrassé de son arme près de la descente à bateaux de l’Île-Bizard, sous les yeux d’émondeurs et de signaleurs routiers, sous-contractants d’Hydro-Québec, qui mangeaient leur repas du midi.

Le lendemain, les plongeurs du Groupe tactique d’intervention du SPVM ont trouvé l’arme dans l’eau alors qu’elle reflétait les rayons du soleil.

Durant le procès, la poursuite a déposé quatre photos de filature prises par les policiers en juin 2016, et sur lesquelles apparaît Youness Aithaqi en compagnie d’un autre homme, Marckens Vilme.

PHOTO DÉPOSÉE EN COUR

Marckens Vilme (à gauche) et Youness Aithaqi.

Ce dernier, un résidant de Montréal, est actuellement détenu en Ontario, où il est accusé du meurtre d’un Hells Angels, Michael Deabaitua-Schulde, commis à Mississauga il y a un an.

Selon la police, Michael Deabaitua-Schulde aurait trempé dans les paris sportifs illégaux. S’il n’avait pas été tué, il aurait été arrêté dans le démantèlement d’un réseau de paris sportifs liés aux Hells Angels effectué par la Police provinciale de l’Ontario (OPP) en décembre dernier.

Les plaidoiries sur la peine auront lui ce jeudi au palais de justice de Montréal.