Un homme de 24 ans accusé cette semaine d’avoir forcé une jeune femme à se prostituer pendant deux mois à l’été 2019 dans la métropole aurait pu faire d’autres victimes au Québec et en Colombie-Britannique, selon le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Louis-Samuel Perron Louis-Samuel Perron
La Presse

Sergei Klenovski a comparu mardi au palais de justice de Montréal pour faire face à huit chefs d’accusation, dont traite des personnes, proxénétisme et publicité de services sexuels. Il risque une peine minimale de quatre ans de détention s’il est reconnu coupable du chef de traite des personnes.

On lui reproche également d’avoir agressé sexuellement sa victime âgée de 20 ans et d’avoir utilisé une imitation d’arme à feu pendant ses crimes. Il doit revenir en cour vendredi en vue de son enquête sur remise en liberté.

En 2017, le SPVM avait demandé l’aide du public pour retrouver Sergei Klenovski. Ce dernier était un suspect dans une tentative de meurtre survenue le 30 octobre 2017 sur le Plateau-Mont-Royal. Les policiers affirmaient à l’époque que Klenovski et un autre homme avaient poignardé la victime, lorsque celle-ci leur avait ouvert sa porte pendant la nuit.

Accusé dans cette affaire, Klenovski a été acquitté en 2018. Il a toutefois écopé de quatre mois de prison pour port d’une arme dissimulée et possession de biens criminellement obtenus à l’été 2018.

L’Équipe intégrée de lutte contre le proxénétisme (EILP) du SPVM invite toute personne qui aurait été victime de Sergei Klenovski de communiquer avec le 911 ou de se rendre au poste de police.

L’accusé mesure 1,75 m (5’9’’) et pèse 68 kg (150 lbs). Il a les cheveux châtains.