Un individu qui a aidé la police à arrêter quatre personnes soupçonnées d’avoir trempé dans les meurtres de quatre individus liés à la mafia montréalaise en 2016 est détenu depuis quelques semaines, après avoir été arrêté pour menaces de mort.

Daniel Renaud Daniel Renaud
La Presse

Un interdit de publication nous empêche de révéler l’identité et toute information qui permettrait d’identifier la taupe, qui a agi en tant qu’agent civil d’infiltration (ACI) durant l’enquête Préméditer de la Sûreté du Québec.

Cette enquête portait sur les meurtres de deux anciens capitaines du clan Rizzuto, Lorenzo Giordano et Rocco Sollecito, tués à Laval en mars et mai 2016, et les deux frères Vincenzo et Giuseppe Falduto, enlevés en juin de la même année et jamais revus depuis.

La police croit que les frères Falduto ont été tués sur une propriété de Saint-Jude, près de Saint-Hyacinthe. Les enquêteurs ont effectué des recherches pour retrouver les corps, en vain, du moins selon les dernières nouvelles.

En octobre dernier, la Sûreté du Québec a annoncé l’arrestation de quatre personnes soupçonnées d’avoir participé à tous ces crimes, ou certains d’entre eux, Jonathan Massari, Domenico Scarfo, Marie-Josée Viau et Guy Dion.

Les accusés du projet Préméditer

  • Jonathan Massari

    PHOTO FOURNIE PAR LA SÛRETÉ DU QUÉBEC

    Jonathan Massari

  • Domenico Scarfo

    PHOTO FOURNIE PAR LA SÛRETÉ DU QUÉBEC

    Domenico Scarfo

  • Guy Dion

    PHOTO FOURNIE PAR LA SÛRETÉ DU QUÉBEC

    Guy Dion

  • Marie-Josée Viau

    PHOTO FOURNIE PAR LA SÛRETÉ DU QUÉBEC

    Marie-Josée Viau

1/4
  •  
  •  
  •  
  •  

Les deux derniers forment un couple et habitent la propriété où les meurtres des frères Falduto auraient été commis, selon la théorie de la police. M. Dion était, lors de son arrestation, le chef des pompiers de Saint-Jude.

Selon la SQ, les quatre homicides auraient été commis pour le compte des frères Andrew et Salvatore Scoppa, dans le contexte du conflit qui perdure entre les clans siciliens et calabrais de la mafia montréalaise, a déclaré l’inspecteur Guy Lapointe de la SQ le jour du ratissage de l’enquête Préméditer.

Les deux frères Scoppa ont été assassinés l’an dernier ; Salvatore dans le lobby d’un hôtel de Laval en mai et Andrew, dans le stationnement d’un centre commercial de l’arrondissement de Pierrefonds-Roxboro en octobre.

Mécontent envers ses commanditaires

L’agent civil d’infiltration qui a aidé la police aurait, selon nos informations, été impliqué dans le meurtre de Rocco Sollecito et aurait collaboré avec les enquêteurs par la suite, notamment parce qu’il n’aurait pas reçu des frères Scoppa et de ses commanditaires les sommes totales prévues au contrat.

L’homme, qui a plusieurs antécédents criminels, aurait porté un appareil d’enregistrement portatif durant l’enquête Préméditer avec lequel il aurait enregistré des conversations tenues avec les autres suspects et même les frères Scoppa.

L’ACI, qui porte le numéro 26 746, a fait des déclarations vidéo, signé un contrat avec l’État et doit témoigner durant le procès.

Mais voilà qu’il est accusé, depuis la mi-mars, d’avoir menacé de mort au moins deux personnes. Une autre ordonnance de non-publication nous empêche toutefois d’identifier les présumées victimes parce que, selon la poursuite, « l’identité des deux victimes dans le présent dossier sont (sic) susceptibles de permettre l’identification et la localisation de l’ACI 26 746 », peut-on lire dans une requête déposée en cour et envoyée aux médias.

L’ACI fait face à trois chefs de menaces et les actes reprochés auraient été commis entre le premier novembre 2019 et le 18 mars dernier.

Selon nos informations, après s’être retiré du programme de protection des témoins et avoir fui ses contrôleurs durant un certain temps, l’homme a été arrêté peu après le dépôt des accusations dans des circonstances inconnues.

Il est toujours détenu et son enquête sur remise en liberté a été reportée ultérieurement, pour la forme.

Quant aux quatre accusés du projet Préméditer, les procédures suivent leurs cours et ils devront de nouveau se présenter devant un juge le mois prochain.

Il faudra voir maintenant quel sera l’impact de ce retentissant revirement sur la suite des choses.

Pour joindre Daniel Renaud, composez le (514) 285-7000, poste 4918, ou écrivez à drenaud@lapresse.ca.