(Ottawa) L’ex-otage Joshua Boyle accusé d’agression contre son ex-épouse Caitlan Coleman devrait connaître son sort aujourd’hui.

La Presse canadienne

Le juge de la Cour de l’Ontario, Peter Doody, devrait rendre son verdict dans le procès où M. Boyle, 36 ans, a plaidé non coupable aux accusations de voies de fait, d’agression sexuelle et de séquestration illégale contre son ex-conjointe.

Ces crimes allégués se seraient déroulés entre octobre et décembre 2017 quand le couple et leurs enfants se sont installés à Ottawa après avoir passé cinq ans en captivité aux mains d’extrémistes talibans en Afghanistan.

Dans sa plaidoirie au juge, en octobre, la procureure de la Couronne Meaghan Cunningham avait fait valoir que Joshua Boyle avait usé d’un savant cocktail de gentillesse et de cruauté pour emprisonner Mme Coleman dans une toile émotionnelle.

Elle soutenait que le témoignage de la victime alléguée, présentant l’accusé comme un mari dominateur, était crédible et qu’il avait été corroboré par d’autres preuves.

En réponse à ces arguments, l’avocat de la défense représentant M. Boyle, Lawrence Greenspon, a soutenu qu’un doute raisonnable devait être accordé à son client sur tous les chefs d’accusation.