L’employé congédié pour le vol de données personnelles chez Desjardins aurait été utilisé par un groupe d’acteurs ambitieux des milieux financiers de Québec, qui voulaient mettre la main sur les informations personnelles des clients afin de se donner un avantage sur leurs concurrents, croit la police.

Vincent Larouche Vincent Larouche
La Presse

Selon nos sources, cette « cellule de courtiers » constitue maintenant l’un des principaux axes du Projet Portier, l’enquête menée sur le vol de données personnelles de 2,9 millions de membres de Desjardins. Une équipe mixte de plus d’une trentaine d’enquêteurs, issus de la Sûreté du Québec, de la police de Laval et d’autres corps policiers, travaille sur ce dossier depuis juin.

Ces nouveaux suspects ont un profil différent de celui de Sébastien Boulanger-Dorval, le père de famille discret qui travaillait comme conseiller en segmentation chez Desjardins avant d’être identifié comme l’auteur de la fuite de données.

Les membres de la cellule des courtiers sont beaucoup plus visibles, travaillent à leur compte et ne se sont jamais cachés de vouloir brasser de grosses affaires. Ils ont tous pignon sur rue et sont des acteurs bien en vue de l’industrie. Ils sont soupçonnés d’avoir voulu utiliser les informations confidentielles sur les membres de Desjardins pour solliciter des clients et ajuster très précisément leurs soumissions en matière d’assurance ou de prêts. Radio-Canada et TVA ont aussi rapporté des informations en ce sens hier.

Les individus visés ne font face à aucune accusation à l’heure actuelle. Aucun d’eux n’a répondu à nos multiples demandes d’entrevue.

En Porsche 911

Une source en périphérie de l’enquête et une autre issue de l’industrie ont identifié l’un des suspects comme étant Mathieu Joncas, 34 ans, courtier hypothécaire de Lac-Beauport. Ce dernier multiplie les prêts à une vaste clientèle de la région de Québec, selon les données du registre foncier. Il roule en Porsche 911 et possède plusieurs immeubles, certains au nom d’une fiducie dont il est le bénéficiaire.

PHOTO LA PRESSE

Mathieu Joncas, l’un des suspects dans l’affaire du vol de données personnelles chez Desjardins

Nicole Duchaine, une téléphoniste qui travaillait à solliciter des clients pour Mathieu Joncas, a dit à La Presse avoir perdu contact avec lui et ses collaborateurs depuis le début de l’enquête.

« Oui, j’ai travaillé comme téléphoniste, mais on a été interrogés par les enquêteurs et ça finit là, je ne sais même pas où ils sont ! », a-t-elle expliqué.

Un autre des suspects identifié par nos sources est François Baillargeon-Bouchard, lui aussi âgé de 30 ans. Il est courtier en assurances et dirige sa propre entreprise, Groupe Financier Bouchard.

PHOTO LA PRESSE

François Baillargeon-Bouchard, l’un des suspects dans l’affaire du vol de données personnelles chez Desjardins

D’autres collaborateurs des deux hommes sont aussi sur l’écran radar des policiers, mais leur rôle demeure incertain.

Trois sources ont confié à La Presse que certains des suspects semblaient avoir eu accès à des informations financières confidentielles depuis longtemps avant l’annonce de la fuite chez Desjardins, possiblement depuis des années.

Menaces de mort

Lundi dernier, La Presse a demandé à Sébastien Boulanger-Dorval, l’employé congédié par Desjardins pour le vol de données personnelles, s’il avait un commentaire à formuler sur la situation.

L’ex-conseiller en segmentation, qui n’est accusé d’aucun crime pour le moment, s’est alors précipité vers son véhicule et a démarré en trombe, sans faire de commentaire.

Mais dans un reportage diffusé hier soir à TVA, il se confie à la caméra et dit vivre l’enfer depuis que son rôle dans la fuite de données a été exposé par La Presse.

Tout va tout croche dans ma vie actuellement […] Tout est complètement sur le hold, tout est brisé.

Sébastien Boulanger-Dorval

« J’ai eu des menaces de mort », ajoute-t-il. Dans le même reportage, sa conjointe affirme qu’il n’a « jamais voulu de mal à personne ». Le couple affirme aussi à TVA que c’est un autre suspect, Jean-Loup Massé-Leullier, qui a demandé à Boulanger-Dorval de s’emparer des données des clients de Desjardins.

Données cryptées

Jean-Loup Massé-Leullier est un prêteur privé dans la vingtaine, autrefois actif dans la région de Cap-Saint-Ignace, à l’est de Québec. Selon nos sources, il est effectivement soupçonné par la police d’être l’intermédiaire entre Boulanger-Dorval et les acheteurs potentiels des données.

Massé-Leullier aurait utilisé des services web cryptés pour faire circuler les précieuses informations.

TVA a rapporté hier que Mathieu Joncas, François Baillargeon-Bouchard et Jean-Loup Massé-Leullier ont tous trois été la cible de perquisitions autorisées par un juge pour saisir des preuves d’actes criminels, ce que La Presse a été incapable de confirmer. Plusieurs sources nous confirment toutefois que la police leur a très clairement fait savoir qu’ils sont dans la ligne de mire et qu’ils doivent rester disponibles pour la suite de l’enquête.

Fraudes classiques

Mis à part les courtiers, l’autre axe d’enquête du Projet Portier concerne une « cellule de fraudeurs », des suspects qui auraient voulu acquérir les données pour des fraudes par vols d’identité classiques.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Juan Pablo Serrano

Un criminel multirécidiviste de Laval, Juan Pablo Serrano, a été la cible d’une perquisition en lien avec cette cellule le mois dernier. Il est considéré comme le principal acteur de ce second groupe d’acheteurs.

La Sûreté du Québec n’a pas voulu commenter nos informations. Son bilan officiel jusqu’à présent est de 6 perquisitions, 7 interrogatoires de « personnes d’intérêt » et 91 rencontres de témoins dans le cadre de l’enquête.

— Avec la collaboration de Daniel Renaud et de Gabriel Béland, La Presse