(Saint-Jérôme) La Couronne a terminé la présentation de sa preuve lundi matin au procès pour double meurtre au premier degré d’Ugo Fredette au palais de justice de Saint-Jérôme. L’avocat de l’accusé, Me Louis-Alexandre Martin, a annoncé au jury qu’il allait présenter une défense dès jeudi.

Louis-Samuel Perron Louis-Samuel Perron
La Presse

Le 24e et dernier témoin du ministère public, la biologiste judiciaire Maria Fiorillo, a apporté un nouvel éclairage sur les circonstances de la mort d’Yvon Lacasse. Selon l’experte, l’homme de 71 ans a été battu à l’extérieur de son véhicule, puis a saigné abondamment entre le siège conducteur et le siège du passager.  

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

La biologiste judiciaire Maria Fiorillo

Selon la théorie de la poursuite, Ugo Fredette a tué Yvon Lacasse à la halte routière de Lachute pour lui voler son véhicule, une heure après avoir poignardé à mort sa conjointe Véronique Barbe, le 14 septembre 2017. L’accusé a ensuite utilisé le Honda CR-V d’Yvon Lacasse pendant sa cavale d’une journée avec un enfant jusqu’en Ontario. Le corps du septuagénaire a été retrouvé quelques jours plus tard dans un boisé des Laurentides.

De simples gouttelettes de sang retrouvées sur le bas du véhicule permettent de conclure que la victime a été battue à cet endroit. « Yvon Lacasse a reçu au moins un impact alors qu’il saigne et qu’il est près du sol à côté du véhicule, non loin de la portière passager arrière », a conclu l’experte en projection de sang. « Au moment où il se fait frapper au sol, M. Lacasse saigne déjà », a-t-elle précisé au jury.

La biologiste judiciaire relève aussi la présence d’une « mare de sang » entre les deux sièges avant. Cette accumulation de sang suggère qu’« Yvon Lacasse a séjourné dans le véhicule à l’avant côté passager, en position basse, alors qu’il saigne », conclut Maria Fiorillo dans son rapport.  

L’experte n’a trouvé aucune preuve qu’Yvon Lacasse a été frappé à l’intérieur du véhicule. Autre élément notable, une personne « tachée de sang » a touché aux poignées des quatre portes du véhicule, selon Mme Fiorillo.

Yvon Lacasse est mort d’un « traumatisme facial contondant sévère » causé avant sa mort, a conclu le pathologiste judiciaire Dr André Bourgault. Selon une hypothèse de l’expert, Yvon Lacasse a pu se faire « écraser le visage contre le sol ».  

Le pathologiste a aussi relevé plusieurs fractures à la tête et au dos sur le corps, suggérant ainsi que le coup serait venu « à l’arrière » de la victime. Une blessure à la main suggère également une « plaie de défense », alors qu’Yvon Lacasse tentait « de se protéger ».

Véronique Barbe a été poignardée à 17 reprises dans la résidence du couple à Saint-Eustache, le 14 septembre 2017. Son sang a été retrouvé sur le balcon arrière, dans plusieurs pièces de la maison et sur deux couteaux de cuisine retrouvés sur les lieux. Deux témoins ont vu Ugo Fredette traîner le corps de Véronique Barbe à l’extérieur de la maison quelques minutes avant que des policiers découvrent son corps dans la cuisine. Ugo Fredette n’acceptait pas sa séparation avec sa conjointe, selon la théorie de la poursuite.