Le propriétaire de la Grande Roue du Vieux-Port de Montréal, Jeff Jorgensen, accusé jeudi d’extorsion et de publication non consensuelle d’une image intime a été libéré sous caution vendredi matin au palais de justice de Montréal.

Louis-Samuel Perron Louis-Samuel Perron
La Presse

L’homme d’affaires de 46 ans s’est engagé à déposer 5000 $ en caution pour obtenir sa liberté pendant la durée du processus judiciaire. Parmi ses autres conditions, il lui sera interdit d’utiliser les médias sociaux et de posséder plus d’un cellulaire. La cause a été remise le 18 novembre prochain à la demande de son avocat Me Joseph La Leggia.

Jeff Jorgensen est accusé d’avoir sciemment «publié, distribué, transmis, rendu accessible» une image intime d’un autre homme sans le consentement de ce dernier. Il est également accusé d’avoir induit la même victime à lui «fournir une somme d’argent» par des «menaces, accusations ou la violence», selon un document judiciaire.  

Les deux chefs d’accusation portent sur une période de plus de deux mois allant du 12 juin au 28 août 2019 à Montréal.  

On ignore le lien qui unit Jeff Jorgensen et la victime.

La Grande Roue du Vieux-Port de Montréal s’est retrouvée dans l’actualité le printemps dernier, alors que la Régie des alcools, des courses et des jeux a refusé un permis d’alcool à l’entreprise en raison de l’implication de Steve Vogl, ami personnel de Jeff Jorgensen, dans la gestion des opérations de la Grande Roue.  

En plus d’avoir des liens avec la mafia montréalaise, Steve Vogl a déjà purgé sept ans et demi de prison aux États-Unis pour l’importation de 2000 livres de haschich dans les années 90.

- Avec Simon-Olivier Lorange