La balise de détresse de l’hélicoptère du PDG de Savoura était désactivée, a indiqué le Bureau de la Sécurité des Transports du Canada dans une mise à jour de son enquête sur les circonstances de l’écrasement de l’appareil.

Mayssa Ferah
La Presse

Le BST poursuit son enquête à la suite du tragique évènement qui a coûté la vie à Stéphane Roy et son fils Justin. M. Roy et son garçon ont été retrouvés sans vie le 25 juillet dernier près du Lac Valtrie, à proximité de la carcasse très abîmée de l’hélicoptère piloté par le PDG de Savoura.

Selon un rapport publié aujourd’hui par le BST, l’interrupteur de la radiobalise de détresse était en position éteinte, ou « off ». Les enquêteurs tenteront de déterminer si l’appareil aurait fonctionné normalement s’il avait été activé.

L’enquête du BST souligne également que les rotors ne fonctionnaient pas à plein régime au moment de l’écrasement. « Le rotor principal et le rotor de queue ne montraient pas les signes caractéristiques d’un impact alors que les rotors tournent à pleine vitesse », écrit le BST. Les enquêteurs tenteront de déterminer à quelle vitesse ceux-ci allaient au moment de l’écrasement.

Enfin, le BST va tenter d’extraire les données de deux téléphones cellulaires et un GPS retrouvés sur les lieux, dans le but de faire avancer l’enquête.