(Québec) François Legault a lui-même demandé à ce qu’on relève de ses fonctions le directeur de la protection de la jeunesse (DPJ) de l’Estrie, Alain Trudel, a-t-il confirmé jeudi. Il a aussi annoncé qu’une enquête publique du coroner sera menée en lien avec la mort d’une fillette de 7 ans à Granby.

Hugo Pilon-Larose
Hugo Pilon-Larose La Presse

«Comme tous les Québécois, je suis en beau maudit de ce qui est arrivé, a déclaré le premier ministre du Québec. […] Ça prend vraiment des monstres pour avoir fait ça. C’est aussi troublant et révoltant de savoir que des personnes savaient, entre autres la DPJ.»

«Tous les Québécois veulent savoir ce qui est arrivé à cette petite fille et ce qu’on aurait pu faire pour éviter que ça arrive, a-t-il ajouté. […] J’ai [donc] demandé qu’on suspende [avec salaire] le directeur de la protection de la jeunesse de l’Estrie, parce qu’un moment donné, au Québec, souvent, c’est comme si personne n’était responsable.»

Au même moment, Alain Trudel, qui dirige la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) de l’Estrie, a aussi demandé à être «retiré temporairement de ses fonctions […] afin de ne pas interférer dans le déroulement de l’enquête interne en cours», a confirmé le cabinet du ministre délégué à la Santé, Lionel Carmant.  

La veille, M. Trudel avait refusé de confirmer que ses services ont pris en charge le cas de l’enfant, qui a été trouvée ligotée dans son domicile familial. Il avait cependant expliqué qu’il faut des «faits vérifiables» avant de retirer un enfant de sa famille biologique.

M. Carmant a demandé mercredi au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSS) de l’Estrie de mener une analyse interne «dans les plus brefs délais». Il n’a pas attendu les conclusions de cet exercice avant de conclure que la gestion de M. Trudel était «insatisfaisante».

«Tous les signes montraient qu’il y avait eu un problème dans la gestion de ce qui s’est passé hier, a expliqué le ministre. J’avais décidé initialement de le rencontrer avec la direction du CIUSS. Ça semblait être une procédure compliquée alors nous avons décidé ce matin de le suspendre.»

La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, a pour sa part annoncé que le coroner tiendra une enquête publique sur le drame de Granby.

«Les enquêtes publiques du coroner ont pour objet de déterminer les causes probables et les circonstances des décès, a expliqué la ministre. Et s’il est possible de le faire pour le coroner, de faire des recommandations pour éviter des décès semblables. Ça va donc exactement dans le sens que nous souhaitons», a-t-elle dit.  

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

Geneviève Guilbault

L’investigation du coroner s’ajoutera aux trois autres enquêtes déjà en cours. En plus de l’analyse du CIUSS, M. Carmant avait demandé mercredi à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse de se pencher sur le dossier. À cela s’ajoute aussi l’enquête policière.

Une réflexion transpartisane 

Mais au-delà de ces enquêtes, le premier ministre Legault souhaite aussi que les parlementaires mettent sur pied une instance transpartisane, à l’image de ce qui a été fait par le passé avec la commission Mourir dans la dignité, pour réfléchir au fonctionnement de l’ensemble des instances publiques, juridiques et policières qui interviennent auprès des enfants.

«Quand on voit les décisions qui ont été prises par les tribunaux, quand on voit que l’école était au courant, comment ça se fait qu’on n’a pas été capable de mieux protéger cette petite fille-là? Est-ce qu’il y a d’autres cas comme ça au Québec? Je veux qu’on regarde le dossier […] dans son ensemble et qu’on le fasse de façon non partisane, avec tous les partis impliqués », a dit M. Legault.

Moment rarissime au Salon bleu, l’ensemble des parlementaires ont spontanément applaudi la main tendue du premier ministre, jeudi, même si cela contrevient aux règles parlementaires lors la période des questions. Dans le contexte, le président de l’Assemblée nationale, François Paradis, a bien sûr permis à ses collègues souligner le moment de cette façon.

Pas de contraintes budgétaires 

Quant aux listes d’attente qui prennent de l’ampleur dans les différentes DPJ du Québec, le premier ministre Legault a affirmé jeudi que les budgets seraient augmenté si nécessaire pour répondre aux besoins.  

«J’ai rencontré ce matin [Lionel Carmant] entre autres pour discuter de budget. On a dans le dernier budget ajouté des ressources pour les DPJ et les centres jeunesse. Si c’est nécessaire d’en faire plus, on va en faire plus. C’est un devoir qu’on a envers nos enfants», a déclaré M. Legault.  

Mercredi, le ministre Carmant avait confirmé qu’il y avait 3300 personnes en attente d’évaluation dans les DPJ du Québec à la fin mars.