Roy Jr. Haynes, chef allégué des Outlaws, c'est vu imposer une peine de 57 mois ce matin, à Montréal, en lien avec des accusations de gangstérisme, trafic de drogues, et possession d'arme à feu, auxquelles il a plaidé coupable.

Publié le 15 oct. 2012
Christiane Desjardins LA PRESSE

Comme l'homme de 36 ans a déjà «en banque» l'équivalent de 54 mois de détention préventive, il ne lui reste que trois mois à faire. Cette peine, M. Haynes la purgera la fin de semaine, ce qui lui permettra de continuer à travailler dans une entreprise spécialisée en vêtements et équipements de paint-ball.

En rendant sentence ce matin, le juge Jean-Pierre Boyer a relevé que M. Haynes a respecté ses conditions depuis sa remise en liberté, en août 2010. Arrêté en mai 2008, M. Haynes a plaidé coupable deux ans plus tard, au milieu de son procès, après 27 jours d'audition. Les faits reprochés s'étaient produits entre le 1er octobre 2007 et le 23 mai 2008. Au terme de l'enquête policière, 52 personnes avaient été arrêtées en lien avec cette organisation des Outlaws, un gang de rue majeur. Certains des co-accusés, Ishi Samuels, Keith Samuels, Randall Riley, et Jason Fraser, considérés comme les «lieutenants» de l'organisation, ont écopé de peines allant jusqu'à 6 ans et demi. Dans le cas de M. Haynes le procureur de la Couronne Gianni Cuffaro réclamait de 10 à 13 ans, tandis que l'avocat de la défense, Claude Olivier, suggérait une peine dans la collectivité étant donné le «temps fait.»

Selon l'enquête, le réseau de trafiquants écoulait de 1 à 2 kilos de cocaïne et de crack par mois dans le sud-ouest de Montréal.