Les autorités fédérales étaient bien au fait des millions de dollars dépensés par Madan Kehar, un fonctionnaire de Revenu Canada, et par le fraudeur fiscal Francesco Bruno au Casino de Montréal entre 2006 et 2010.

Pierre Saint-Arnaud LA PRESSE CANADIENNE

Le président-directeur général de Loto-Québec, Alain Cousineau, a indiqué que le Centre d'analyse des opérations et déclarations financières du Canada (CANAFE), l'organisme fédéral chargé de se pencher sur les opérations douteuses et le blanchiment d'argent, a demandé à plusieurs reprises des informations sur les transactions impliquant ces individus.

M. Cousineau, qui rencontrait les médias jeudi matin en marge d'un événement impliquant Loto-Québec et la fondation One Drop de Guy Laliberté, a rappelé que les casinos canadiens sont dans l'obligation légale de rendre des comptes à CANAFE et de rapporter toute transaction de plus de 10 000 $.

Plus tôt cette semaine, La Presse et Radio-Canada rapportaient que la GRC enquête sur Madan Kehar, un ancien haut dirigeant de l'Agence de revenu du Canada (ARC). Selon des documents de la police consultés par la société d'État, Madan Kehar, qui dirigeait le service de vérification des entreprises à l'ARC, aurait dépensé près de 12 millions $ en jetons dans des casinos au Canada, dont celui de Montréal, entre 2006 et 2010.

Toujours selon ces documents, M. Kehar aurait dépensé cette somme en compagnie de Francesco Bruno, un entrepreneur en construction dont la compagnie, BT céramique, a plaidé coupable à des accusations de fraude fiscale l'hiver dernier. M. Bruno aurait dépensé en jetons pour 1,4 million $ dans les casinos du pays.

La GRC enquête depuis deux ans sur des allégations de pratiques de corruption auxquelles auraient participé une douzaine de vérificateurs de l'Agence du revenu à Montréal. Aucune accusation n'a encore été déposée.