Source ID:bc88563882173a058240a6d3bec2b499; App Source:StoryBuilder

«Je continuerai de faire de l'humour noir», dit Mike Ward en cour d'appel

L'humoriste Mike Ward est arrivé au tribunal une... (Photo Alain Roberge, La Presse)

Agrandir

L'humoriste Mike Ward est arrivé au tribunal une vingtaine de minutes après le début de l'audience, ce matin.

Photo Alain Roberge, La Presse

Excédé de se retrouver en Cour d'appel pour une blague visant le chanteur handicapé Jérémy Gabriel, l'humoriste Mike Ward n'a pas l'intention de changer sa façon de faire rire son public. « Je fais de l'humour noir, je continuerai de faire de l'humour noir », a-t-il dit, cet après-midi, à sa sortie du tribunal, après l'audition de sa requête. « Je continuerai de faire mon métier, et qu'ils mangent de la marde ! »

Jérémy Gabriel... (Photo Alain Roberge, La Presse) - image 1.0

Agrandir

Jérémy Gabriel

Photo Alain Roberge, La Presse

Il a qualifié de « ridicule » et « dégueulasse » le jugement du Tribunal des droits de la personne, rendu en juillet 2016, le condamnant à payer un dédommagement de 42 000 dollars à Jérémy Gabriel et à sa mère pour avoir fait des blagues jugées discriminatoires à leur sujet.

Plusieurs humoristes ont dénoncé ce jugement, en criant à la censure. C'est pour contester ce jugement que Mike Ward se trouvait aujourd'hui devant trois juges du plus haut tribunal du Québec.

Cause historique

Les humoristes doivent avoir le droit de rire de tous les groupes de la société, même les personnes handicapées, au nom de la liberté d'expression, a plaidé son avocat, Me Julius Grey. Il est même dans l'intérêt public de permettre aux artistes de briser les tabous, a-t-il ajouté. 

« Le milieu de l'humour s'inquiète et craint les répercussions de ce jugement, qui risque de provoquer de la frilosité chez les créateurs », a souligné Me Walid Hijazi, qui représentait l'Association des professionnels de l'industrie de l'humour dans cette affaire. « C'est une cause historique : jamais une blague d'un humoriste professionnel ne s'est rendue en si haute instance. »

Mike Ward, reconnu pour son style mordant et insolent, n'a pas fait preuve de discrimination envers le jeune chanteur, selon son avocat : il ne s'attaquait pas à son handicap, mais s'insurgeait plutôt contre son statut d'« intouchable » dans la société québécoise, dont personne n'aurait le droit de rire, tout comme Céline Dion et Gregory Charles, qui ont aussi subi les insultes de l'humoriste dans le même sketch, et ont aussi pu être blessés par ses propos.

Les remarques de l'humoriste n'ont pas eu comme conséquence de léser qui que ce soit, comme quelqu'un qui aurait perdu son travail en raison de son handicap, son origine ethnique ou son orientation sexuelle, a expliqué Me Grey. « Et priver quelqu'un de sa dignité, ça ne compte pas  ? » a demandé la juge Geneviève Cotnam.

Humiliation inacceptable

La Commission des droits de la personne a fait valoir de son côté qu'il n'est pas interdit de faire des blagues sur des personnalités publiques ni sur des personnes handicapées. « La nuance, c'est qu'on ne peut pas humilier ni porter atteinte à l'honneur et à la dignité d'une personne à cause de son handicap », a souligné l'avocate de la commission, Me Stéphanie Fournier.

Le jugement du tribunal de première instance soulignait que le droit d'être protégé contre des propos discriminatoires devait avoir préséance sur la liberté d'expression. Jérémy Gabriel, qui souffre du syndrome de Treacher Collins, s'est fait connaître entre autres pour avoir chanté devant le pape et Céline Dion.

Le spectacle dans lequel Mike Ward le ridiculisait, en le qualifiant de laid et de « pas tuable », a été présenté 230 fois, entre 2010 et 2013. Le jeune chanteur, longtemps surnommé « le petit Jérémy », assistait aussi aux plaidoiries à la Cour d'appel. Selon lui, il est faux de prétendre que la liberté d'expression est brimée actuellement au Québec. Il a raconté recevoir des insultes et être humilié sur les réseaux sociaux, encore aujourd'hui. 

« Les impacts de ce sketch-là se vivent tous les jours. C'est très difficile de pouvoir surmonter ça », a confié Jérémy Gabriel.

Les trois juges de la Cour d'appel, Manon Savard, Claudine Roy et Geneviève Cotnam, ont pris la cause en délibéré et rendront leur décision ultérieurement.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer