Non, il ne s'agit pas d'une noyade. Une statue au regard impassible se dévoile au gré de la marée depuis le 23 septembre dernier, dans les eaux du fleuve Nervion à Bilbao, en Espagne.

La Presse

Bihar, l'oeuvre de l'artiste mexicain Ruben Orozco, se veut une façon d'encourager le débat sur le développement durable. La figure énigmatique est au centre d'une campagne de la Fondation BBK du prêteur espagnol Kutxabank.

« L'objectif est de prendre conscience que nos actions peuvent nous couler ou nous maintenir à flot », a déclaré l'artiste lors d'une entrevue accordée au site Web Nius.

L'oeuvre en fibre de verre pèse 120 kilogrammes. La Fondation BBK a mentionné qu'il s'agissait d'une image de ce qui pourrait arriver « si nous poursuivons à miser sur des modèles non durables ».

« J'ai d'abord ressenti un certain stress, au fur et à mesure que la statue se dévoilait. Maintenant, ce que je perçois, c'est de la tristesse. Beaucoup de tristesse. Elle ne semble pas inquiète. C'est comme si elle se laissait couler », a affirmé une touriste.

Bihar n'est pas la première oeuvre de l'artiste Orozco à surprendre les habitants de Bilbao. Deux ans auparavant, une statue grandeur nature d'une dame seule assise sur un banc de parc avait suscité la discussion sur l'isolement des personnes âgées.

Avec Reuters