(Rome) Un soldat américain de 96 ans, Martin Adler, a assouvi son rêve de retrouver trois enfants italiens qu’il avait failli tuer en 1944 lors d’une opération militaire, après avoir posté sur un site d’anciens combattants un vieux cliché.

Agence France-Presse

Dimanche soir — 76 ans plus tard — Martin, qui vit en Floride, a pu parler avec Bruno, Mafalda et Giuliana Naldi, qui avaient respectivement 7 ans, 6 ans et 3 ans lors de leur rencontre durant la seconde guerre mondiale dans le village de Monterenzio (près de Bologne, dans le nord de l’Italie).

« C’est une belle histoire qui a suscité un énorme intérêt », raconte l’Italien Matteo Incerti, un passionné de la Deuxième Guerre mondiale qui a publié plusieurs livres racontant de telles retrouvailles.  

Il a mis sur son compte Facebook l’avis de recherche de l’ancien soldat américain jeudi dernier. Et trois jours plus tard, la fratrie s’entretenait avec l’ancien combattant au téléphone, depuis une petite ville non loin du village de leur enfance.

Dans un entretien réalisé par la fille du soldat et cet écrivain italien, Martin Adler se souvient parfaitement de cet automne 1944 en compagnie d’un autre soldat, John Bronsky : « Le silence régnait, nous ne savions pas si les Allemands s’étaient réellement retirés et s’ils nous attendaient cachés pour nous tendre un piège ».  

« Nous sommes entrés dans l’habitation. Il y avait un grand panier dont sortaient des bruits étranges. Moi et John avions déjà le doigt sur la gâchette, prêts à faire feu, cela pouvait être des Allemands », raconte-t-il.  

« Bambini, bambini ! » avait hurlé brusquement une mère italienne. Ses trois enfants étaient ensuite sortis du panier.

Le soldat avait immortalisé l’instant en se faisant photographier avec les trois enfants. Au préalable leur mère avait exigé qu’ils revêtent leurs plus beaux habits.

« Ce fut le moment le plus beau de mes souvenirs dans cet enfer de la guerre », décrit Martin Adler, dont la fille Rachelle a d’abord publié la vieille photo sur un site américain d’anciens combattants dans l’espoir de retrouver les enfants, même si son père ne se souvenait pas de la commune exacte.

L’appel du soldat relayé en Italie est sorti samedi dans des journaux locaux.  

« Le pull que je porte sur la photo avait été fabriqué par ma mère, quand j’ai vu la photo j’ai dit immédiatement “c’est moi” », a confié Bruno, l’aîné âgé aujourd’hui de 83 ans, interrogé par le journal télévisé TG1.

« Ciao bambini ! » s’est exclamé dimanche au téléphone Martin Adler. « Je suis Mafalda », a dévoilé une vieille dame de 82 ans portant un masque.

« Il me semble que je vois encore ce coffre devant moi », a confié la petite sœur Giuliana, 79 ans.

Martin Adler avait débarqué à Naples en mars 1944 et combattu en Italie jusqu’en 1945.