Des voleurs ont abandonné l'anneau et une chaîne qu'ils venaient de voler à l'archevêque de Rio de Janeiro, Orani Tempesta, par crainte de Dieu ou tout simplement parce que leur butin n'avait aucune valeur.

Publié le 17 sept. 2014
AGENCE FRANCE-PRESSE

Peu après l'agression, les voleurs ont jeté dans la rue l'anneau et une chaîne avec un crucifix appartenant au prélat, a expliqué mardi à l'AFP un porte-parole de l'archevêché.

Les objets de l'archevêque «n'étaient pas en or, mais d'un métal sans aucune valeur», a expliqué ce porte-parole, sans exclure pour autant que les voleurs aient agi par repentance, après s'être rendu compte de l'identité de leur victime.

Au moins trois voleurs ont abordé lundi soir le véhicule de l'archevêque, forçant ses occupants à leur remettre des effets personnels.

L'incident s'est produit sur un chemin des hauteurs de Rio, au milieu de la forêt tropicale, près de la résidence de Sumaré, où le pape François avait séjourné en juillet 2013 lors des JMJ de Rio et où Mgr Tempesta venait de célébrer une messe.

«Acune violence n'a été commise sur sa personne, juste des affaires volées qui pour la plupart ont été jetées dans la rue par les voleurs après leur fuite et trouvées par la police», a expliqué le porte-parole de l'archevêque.

Orani Tempesta n'a aucun message pour ses assaillants et ne veut pas faire des commentaires «car ce qui s'est passé peut arriver à n'importe qui», a dit le porte-voix de l'archidiocèse.