Des retraités britanniques à bord d'un bateau de croisière ont aidé à repousser une attaque de pirates armés au large des Seychelles en leur lançant des chaises longues, ont rapporté vendredi plusieurs sources dont des journaux.

AGENCE FRANCE-PRESSE

L'attaque de pirates contre le MSC Melody, un bateau de 35 000 tonnes, le 25 avril, a finalement été mise en échec par les forces de sécurité du navire sans qu'aucun des passagers ou membre d'équipage ne soit blessé, a précisé une porte-parole de la compagnie de croisières MSC Cruises à l'AFP.

«Des passagers ont vu les pirates arriver et ont alerté la sécurité qui les avait déjà repérés», a expliqué Sarah Longbottom. Les croisiéristes sur le pont ont reçu l'ordre de rentrer dans leur cabine et d'éteindre la lumière, tandis que certains passagers ont tenté de repousser l'intrusion.

Beryl Rowlands qui voyageait avec son époux David, a indiqué avoir «jeté des chaises longues» sur les assaillants.

Ian et Jessie Moakes célébraient leur 40e anniversaire de mariage sur le bateau lorsqu'ils ont appris l'attaque, rapporte le tabloïde The Sun.

«Certains vacanciers ont jeté des tables et des chaises pour repousser les pirates, ils ont été très courageux», a relevé M. Moakes, 62 ans, un retraité de la police.

«Cela aurait pu se passer beaucoup plus mal. Il y avait des impacts de balles sur le bateau», a-t-il souligné.

Maureen Gawthrop, 66 ans, était aussi à bord avec son mari Roy, 66 ans.

«Nous écoutions un concert de musique classique sur le pont quand on a entendu un craquement. Les applaudissements se sont tus soudainement et quelqu'un a couru sur le pont en criant +pirates!+», a-t-elle expliqué, citée par le Daily Telegraph.

Rentrée dans sa cabine, la passagère dit avoir vu par le hublot «un canot blanc avec huit hommes en camouflage vert, qui nous tiraient dessus».

Le MSC Melody, avec quelque 1000 passagers et 500 membres d'équipage à bord, «se trouvait au moment de l'attaque à 600 miles nautiques de la côte somalienne, dans une zone qui n'est pas considérée comme dangereuse, et à 180 miles nautiques des Seychelles», a précisé Gianluigi Aponte, propriétaire de la compagnie de croisières, dans un communiqué.