Source ID:; App Source:

Le bien-être des chiens, ça n'a pas de prix

Un repas biologique, un massage relaxant, La belle et le clochard sur... (Photo: Archives Reuters)

Agrandir

Photo: Archives Reuters

Paula Bustamante
Agence France-Presse
Los Angeles

Un repas biologique, un massage relaxant, La belle et le clochard sur écran plat: une vraie vie de chien à Los Angeles, où le succès d'un chenil de luxe montre que les habitudes de consommation excentriques de certains Californiens n'ont pas été affectées par la récession.

Installé à Hollywood, le «D Pet Hotel» promet de répondre à toutes les demandes des toutous exigeants et de leurs propriétaires «au budget illimité», explique à l'AFP Alissa Cruz, une ancienne agente immobilière de 32 ans qui a ouvert en décembre dernier cet établissement avec son mari Allan.Les clients peuvent ainsi opter pour la «super suite», où leur animal passera une nuit facturée 110 dollars. C'est près du double du tarif proposé récemment par l'hôtel de luxe MGM Grand de Las Vegas (Nevada, ouest).

«Nous avons des gens très excentriques, des gens qui ont de l'argent. Un de nos clients, juste pour s'amuser, a demandé que son chien soit conduit en Lamborghini», dit Mme Cruz à l'AFP: «il voulait simplement que le chien soit récupéré chez lui puis ramené à la fin de la journée».

La «super suite» propose un lit double, un décor chic et une télévision géante à écran plat. Plus modestement, la «suite sensationnelle» s'affiche à 90 dollars et la «suite ouaf» à 65. Parmi les suppléments figure un programme de remise en forme, avec tapis roulants adaptés et moniteur personnel.

Côté soins, les chiens peuvent se faire masser, «détoxiquer» et prendre des bains enrichis en vitamines. A moins qu'ils n'optent pour une promenade dans l'espace intérieur de 550 m2, divisé en trois sections, selon la taille des animaux.

«Un bouledogue ne va pas jouer de la même façon qu'un labrador de 30 kg», souligne Mme Cruz, en confiant avoir créé son entreprise après n'avoir pas trouvé de chenil à son goût pour ses propres chiens: «nous voyagions beaucoup pour notre travail et je devais toujours les faire héberger».

«Je suis allée dans plein d'endroits convenables, mais aussi mauvais voire exécrables, qui m'ont toujours fait penser à un tunnel ou à une cage, or mes filles sont des princesses», dit-elle, en référence à ses chiennes.

«Tant de fois, j'ai pleuré quand j'ai laissé mes filles, parce que l'endroit sentait horriblement mauvais, que je ne faisais pas confiance aux gens, et qu'ils ne me laissaient rien voir de ce qui se passait dans les coulisses», se souvient Mme Cruz.

Comme tout ce qui touche aux célébrités à Hollywood, la discrétion est de rigueur et la propriétaire du «D Pet Hotel» ne donnera pas le nom de ses clients, simplement qu'«il y a une star du rock et quelques acteurs».

«Ils savent qu'ils peuvent venir et ne pas s'inquiéter, que nous allons extrêmement bien nous occuper de leurs bébés», dit Mme Cruz. «Un de nos clients, vedette du rock, conduit ses chiens ici et apporte des enregistrements de ses concerts. Ils voient leur propriétaire (à la télévision) et ils se disent +oh, tu es toujours là!+», révèle-t-elle.

Malgré un chômage qui en Californie tutoie les 11%, ce chenil «plaqué or», situé à quelques rues d'une soupe populaire qui attire chaque soir des centaines de SDF, n'a pas subi le choc de la récession économique, assure son attaché de presse, Bryan Cole.

«Vous savez, nous sommes à Hollywood. Pour la majorité des gens ici, leurs animaux de compagnie sont comme leurs enfants et ils sont prêts à sacrifier beaucoup de choses avant (de renoncer à gâter) leurs enfants», dit-il.

«Même si cela veut dire ne pas sortir au restaurant une ou deux fois par semaine, ils préfèrent conduire leurs chiens ici au chenil», assure M. Cole.




La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer