Une employée municipale de Detroit affirmant être trop incommodée par le parfum d'une collègue pour travailler a été autorisée par un juge fédéral à poursuivre une action en justice engagée pour ce motif.

ASSOCIATED PRESS

Selon le Detroit News, le juge Lawrence Zatkoff a estimé que Susan McBride pouvait s'adresser à la justice en vertu d'une loi sur les personnes souffrant de handicaps. La ville de Detroit demandait que sa plainte soit classée sans suite.

Mme McBride dit souffrir d'une forte sensibilité aux parfums et cosmétiques. Elle explique que le parfum porté par une collègue, qui utilisait également un diffuseur de fragrance branché sur le courant, lui causait des difficultés respiratoires.

Selon la plainte, la collègue a accepté de cesser d'utiliser le diffuseur mais a continué à porter le parfum, au grand dam de Mme McBride.