L'ancien bloquiste Gilles Duceppe entretient le doute sur ses intentions réelles. Joint ce midi par La Presse, il a refusé de commenter la situation au Parti québécois après avoir fait signe à Louise Beaudoin qu'il envisageait de prendre la direction du Parti québécois.

Publié le 18 janv. 2012
Denis Lessard LA PRESSE

Seul commentaire, sybillin, à la veille d'un conseil national qui, soudainement, promet d'être plus mouvementé que prévu, il se contente de répéter: «J'ai confiance que les militants du PQ et leur chef prendront les bonnes décisions pour l'avenir du Québec».

M. Duceppe dans une lettre ouverte à Pauline Marois l'automne dernier, soutenait qu'il n'envisageait pas de retour en politique active dans un avenir prévisible. Il ne veut pas répéter cette prise de position. Quand on lui demande s'il est «disponible» pour diriger le PQ, l'ex-bloquiste réplique sèchement: «Je j'aurai pas de commentaires là-dessus».