Les travaux en cours pour restaurer l’hôtel de ville de Montréal coûteront 28 millions de plus que prévu, soit 168 millions au total, et se termineront avec 16 mois de retard, en octobre 2023, a révélé l’administration de Valérie Plante lors de la réunion du conseil municipal de lundi.

Publié le 16 mai
Isabelle Ducas
Isabelle Ducas La Presse

« Le budget du projet était de 140 millions, mais ce à quoi on arrive aujourd’hui, c’est un projet de 168 millions au total », a indiqué Émilie Thuillier, responsable des immeubles au comité exécutif et mairesse de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville.

« Il y a beaucoup de complexité dans ce projet », a-t-elle poursuivi.

Depuis l’annonce du projet, en 2015, la facture a explosé. Selon Mme Thuillier, quatre facteurs ont fait gonfler la facture et allongé les délais.

D’abord, la pandémie de COVID-19, qui a obligé la fermeture du chantier pendant sept semaines, au printemps 2020, et ralenti la productivité des employés.

Ensuite, « la rénovation d’un vieux bâtiment signifie que, quand on ouvre les murs, on trouve de vieux fils, de vieux tuyaux, de l’amiante », explique-t-elle.

Puis, certains appels d’offres lancés par la Ville n’ont pas trouvé preneur. Il a fallu recommencer le processus, ce qui a ralenti plusieurs opérations.

Enfin, comme il s’agit d’un immeuble patrimonial, il a fallu trouver des artisans ayant des compétences très spécifiques.

Par exemple, on a décidé de restaurer les fenêtres plutôt que de les changer. Mais les artisans qui font ça, on les compte sur les doigts d’une main. C’est la même chose pour l’ébénisterie, le marbre, le plâtre, les boiseries.

Émilie Thuillier, responsable des immeubles au comité exécutif de la Ville de Montréal

Les coûts de restauration de l’hôtel de ville, bâtiment qui date de la fin du XIXsiècle, sont équivalents aux frais de construction d’un édifice neuf, soit 1000 $ le pied carré, a-t-elle aussi indiqué, en citant les cas de bibliothèques municipales nouvellement construites.

« Comptes à rendre »

Émilie Thuillier répondait à une question du chef de l’opposition à l’hôtel de ville, Aref Salem, qui s’interrogeait sur les multiples contrats où il y avait des dépassements de coûts, soumis à l’attention des conseillers municipaux.

« On a des comptes à rendre aux Montréalais », a fait valoir M. Salem.

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE

Aref Salem, chef de l’opposition à l’hôtel de ville

Je comprends que ça nous tient à cœur, c’est la maison des citoyens, mais il doit y avoir des limites à ce qu’on peut dépenser.

Aref Salem, chef de l’opposition à l’hôtel de ville

Mme Thuillier a promis de faire une présentation plus détaillée des coûts associés au projet.

À l’origine, la rénovation de l’hôtel de ville devait coûter 22,5 millions. En 2017, la facture avait grimpé à 88 millions, puis à 116 millions en 2018. À ce moment, la Ville avait établi que le projet pourrait coûter un maximum de 140 millions.

Avant le début des travaux, à l’été 2019, les employés municipaux qui travaillaient à l’hôtel de ville sont déménagés dans le bâtiment voisin, l’édifice Lucien-Saulnier, qui avait d’abord été rénové au coût de 9,5 millions. Une salle du conseil municipal y a été aménagée pour la durée des travaux à l’hôtel de ville.

En savoir plus

  • 200
    Nombre d’employés travaillant dans le bâtiment de l’hôtel de ville de Montréal
    Source : Ville de Montréal