• Accueil > 
  • Sports > 
  • Tennis 
  • > Andy Murray a apprécié son association avec Amélie Mauresmo 

Andy Murray a apprécié son association avec Amélie Mauresmo

Andy Murray et Amélie Mauresmo ont annoncé lundi... (Photo Tony O'Brien, archives Reuters)

Agrandir

Andy Murray et Amélie Mauresmo ont annoncé lundi la fin de leur collaboration.

Photo Tony O'Brien, archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Rome

Andy Murray espère que sa séparation d'avec Amélie Mauresmo n'est pas perçue comme l'échec des femmes au poste d'entraîneuse des meilleurs joueurs.

La vedette du tennis britannique s'est améliorée sur la terre battue mais il n'a pas réussi à ajouter de titres du Grand Chelem à son palmarès.

«Et ça a fonctionné. Pendant deux ans, les résultats ont été bons, a déclaré Murray présent à l'Omnium de Rome, au lendemain de l'annonce de la rupture avec son entraîneuse. Peut-être que les gens jugent de la réussite ou non en fonction d'une victoire en Grand Chelem, mais lorsqu'elle s'est jointe à l'équipe, j'éprouvais vraiment des difficultés.»

Murray est devenu le premier joueur de notoriété à embaucher une femme comme entraîneur quand il a fait appel à Mauresmo en juin 2014. Il a remporté ses premiers titres sur terre battue l'an dernier à Munich et Madrid.

«Quand elle a commencé à travailler avec moi, mes résultats ont vraiment progressé, a ajouté Murray. Le temps que nous avons passé ensemble a été positif. C'est juste dommage que je n'ai pu gagner l'un des tournois majeurs, car c'est ce que nous voulions tous les deux.

«Roger (Federer) a cessé de travailler avec Stefan Edberg à la fin de l'année dernière parce que Stefan voulait passer plus de temps avec sa famille. ... Personne n'a alors sourcillé», a déclaré Murray.

Mauresmo a révélé lundi que «consacrer du temps au voyagement a été un défi pour moi.»

La Française a donné naissance à son premier enfant en août et a pris six mois de congé.

Murray a également eu sa mère, Judy, comme entraîneuse.

«Donc, à mon avis, cela n'a rien à voir avec le fait que Amélie soit une femme, a-t-il ajouté. C'est tout simplement que ça prend beaucoup de temps pour faire bien et correctement le travail. C'est difficile de le faire pendant quatre, cinq années de suite.»

À 12 jours des Internationaux de France, Murray n'a pas encore trouvé de remplaçant à Mauresmo.

«Je n'ai pas vraiment beaucoup pensé au choix d'un nouvel entraîneur, a-t-il dit. J'en parlerai à mon équipe au cours des prochaines semaines et nous tenterons de trouver quelque chose qui fonctionne. Je veux que cela fonctionne à long terme, alors je vais prendre tout cela en considération.»

Après avoir perdu la finale du Masters de Madrid dimanche aux mains de Novak Djokovic, Murray a glissé au troisième rang mondial derrière Federer. Federer et Murray ont le même nombre de points, mais Federer a un meilleur bilan dans les grands tournois.

La performance de Murray à Rome constitue son unique occasion de reprendre le deuxième rang avant Roland-Garros.

«Ce serait bien si je pouvais arriver là-bas au deuxième rang, a déclaré Murray. Mais sinon, ce n'est pas quelque chose qui va me préoccuper vraiment cette semaine.»

Après avoir profité d'un laissez-passer en première ronde, Murray disputera son premier match au Foro Italico contre le Kazahk Mikhail Kukushkin, mercredi.

L'année dernière, Murray s'était incliné en troisième ronde tandis que Federer avait perdu en finale face à Djokovic.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer