Le parcours de slopestyle sera modifié suite à un accident

Le Norvégien Torstein Horgmo, un espoir de médaille... (Photo Julie Jacobson, archives AP)

Agrandir

Le Norvégien Torstein Horgmo, un espoir de médaille en slopestyle, s'est fracturé la clavicule lors d'un entraînement et il ratera les Jeux de Sotchi.

Photo Julie Jacobson, archives AP

La Presse Canadienne
Krasnaïa Poliana

Le parcours de slopestyle qui a suscité des plaintes de la part de certains compétiteurs en vue des Jeux de Sotchi va être modifié après que le Norvégien Torstein Horgmo, un espoir de médaille, se soit fracturé la clavicule lors d'un entraînement et il ne sera pas de la compétition olympique.

Horgmo, âgé de 26 ans, a chuté lourdement sur son visage et l'épaule droite alors qu'il tentait une manoeuvre difficile sur un rail dans la partie supérieure de la piste et il a été conduit à l'hôpital des athlètes à Krasnaïa Poliana, a précisé le chef d'équipe Thomas Harstad.

Les examens ont confirmé la fracture.

«Les blessures et les chutes font partie de ce sport, mais le moment tombe vraiment mal», a commenté Horgmo dans un communiqué publié par l'équipe norvégienne.

Les athlètes avaient exprimé leurs préoccupation au sujet des sauts abrupts sur le parcours du parc extrême Rosa Khutor avant même le début de l'entraînement officiel, lundi, trois jours avant la première ronde des qualifications de l'épreuve de slopestyle messieurs.

Roberto Moresi de la Fédération internationale de ski, l'adjoint au directeur des courses de surf des neiges à Sotchi, a déclaré que les organisateurs ont réagi aux commentaires des athlètes et ont réduit la taille de quelques sauts en haut de la piste, afin de «les rendre plus faciles à négocier».

Moresi a mentionné que la piste n'a pas été un facteur dans l'accident de Horgmo, ajoutant qu'il s'est produit parce qu'«il essayait un truc vraiment difficile».

Le concepteur du parcours Anders Forsell a précisé que les changements étaient mineurs.

«Sur un parcours non-testé, vous êtes toujours nerveux, mais tout s'est bien déroulé», a-t-il dit de la réaction des athlètes.

Les planchistes ont discuté de la conception du parcours lors d'une réunion après la première séance d'entraînement. Certains étaient d'avis que quelques sauts étaient dangereux alors que d'autres estimaient qu'ils étaient corrects.

Le Québécois Sébastien Toutant a confié au service d'informations des Jeux, «C'est comme sauter d'un immeuble.»

Seamus O'Connor, un Américains de naissance de 16 ans qui porte les couleurs de l'Irlande dans les épreuves de demi-lune et de slopestyle, a déclaré aux médias irlandais que le parcours était «très dangereux» et a pressé les athlètes de demander des modifications.

«Ils ont surdimensionné les sauts parce qu'ils s'attendaient à ce que la neige fonde. Pour le moment, les coureurs ne sont pas contents», a admis O'Connor.

Mais le rider américain Sage Kotsenburg a comparé les sauts à ceux des X-Games.

«C'est ce que nous devrions pouvoir sauter à ce niveau. Ce sont les Jeux olympiques, a-t-il dit. Ils ont besoin d'être un peu travaillé. C'est comme ça. Nous testons le tracé et, après le premier jour d'entraînement, nous partageons les informations. Par la suite, ils apportent les changements nécessaires.»




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:2450047:box

Rondelle Libre >

123302:liste;4317250:box; 300_billet-brunet.tpl:file;
la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;
la boite:2478966:box

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer