Les Cavaliers assaillis de messages racistes

La vedette des Cavaliers de Cleveland, LeBron James.... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

La vedette des Cavaliers de Cleveland, LeBron James.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Los Angeles

Le propriétaire de la franchise des Cavaliers de Cleveland, Dan Gilbert, a révélé samedi avoir été bombardé de messages «racistes» après que la star de l'équipe LeBron James a traité Donald Trump de «tocard» suite à la brouille du président américain avec les Golden State Warriors.

Dan Gilbert a expliqué à la chaîne CNBC que sa boîte vocale avait été inondée de messages agressifs après que LeBron James a sèchement répondu sur Twitter à Donald Trump, qui ne voulait plus inviter les Warriors de Golden State et leur meneur Stephen Curry à la Maison-Blanche, comme il est de tradition pour le champion en titre d'une ligue de sports majeure.

«J'ai reçu des messages après le tweet de LeBron qui étaient parmi les plus méchants, dégoûtants, racistes», a regretté l'homme d'affaires. «Il y a un élément de racisme, je n'avais pas réalisé qu'il existait à ce point dans ce pays.»

L'affrontement sur Twitter entre LeBron James et Donald Trump est intervenu après que le président américain a répondu à Stephen Curry, qui ne voulait pas venir à la Maison-Blanche participer à la traditionnelle réception du champion en titre.

«Venir à la Maison-Blanche est considéré comme un grand honneur pour une équipe championne. Stephen Curry hésite, donc l'invitation est annulée!», s'était emporté samedi dernier Donald Trump sur son réseau social favori.

LeBron James lui avait répondu sans tarder: «Tu es un minable, @StephenCurry30 a déjà dit qu'il n'allait pas venir! Donc il n'y a pas d'invitation. Aller à la Maison-Blanche était un grand honneur avant que tu y sois».

La réponse cinglante d'un des tout meilleurs joueurs de la planète avait été largement relayée durant le week-end passé, qui a vu Donald Trump s'en prendre à la fois aux joueurs de la NBA et à ceux de la NFL.

Dan Gilbert a précisé qu'il avait sauvegardé les messages qui visaient LeBron James. Celui-ci avait déjà été la cible en mai dernier de graffitis racistes sur le portail de sa maison de Los Angeles.

«Ce sont parmi les choses les plus dégoûtantes que j'ai jamais entendues», a poursuivi Dan Gilbert. «Et vous pouviez l'entendre dans leur voix, le racisme.»




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer