LeBron James n'est pas effrayé par le défi du 5e match à Oakland

LeBron James... (PHOTO BEN MARGOT, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

LeBron James

PHOTO BEN MARGOT, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Oakland

LeBron James et ses Cavaliers de Cleveland n'ont plus le choix: menés 3 à 1, ils doivent impérativement gagner lundi à Oakland pour espérer conserver leur titre, mais le défi n'effraye pas «King James», l'un des voyageurs les plus chevronnés de la NBA.

Depuis qu'il sillonne les États-Unis d'est en ouest, du nord au sud, James a établi sa propre cartographie de la NBA: l'Oracle Arena, où aura lieu lundi le match N.5 de la finale 2017, est à ses yeux l'une des destinations les plus périlleuses.

«Pour gagner ici, il faut jouer au moins 20 fois mieux que d'habitude», a insisté la superstar de Cleveland.

«C'est l'une des enceintes les plus intimidantes de la NBA, au même titre que notre amphithéâtre. Cela va être compliqué, mais on va tout faire pour pouvoir disputer un nouveau match à la maison», a poursuivi le triple champion de la NBA.

Plus encore que le bruyant public d'Oakland, c'est le bilan des Warriors à domicile qui donne des vertiges: sur les trois dernières saisons régulières, ils n'ont perdu que neuf de leurs 123 matchs disputés à domicile! En séries, sur la même période, ils se sont inclinés seulement à quatre reprises devant leur public. Dont trois contre... les Cavaliers.

«Si on les laisse "prendre" leurs tirs à trois points, si on perd trop de ballons, nous n'aurons aucune chance, ils peuvent nous "exploser" et littéralement nous éjecter de leur salle», a prévenu James.

29 séries consécutives

Mais le N.23 de Cleveland a aussi des raisons d'être optimiste: son bilan à l'extérieur est lui aussi impressionnant. Il a ainsi remporté au moins un match en territoire adverse au cours des 29 dernières séries qu'il a disputées.

En douze saisons dans la NBA, il affiche un bilan impressionnant de 35 séries sur 38 disputées avec au moins un succès chez l'adversaire. Il faut remonter à 2009 (finale de l'association de l'Est avec Cleveland contre Orlando) pour trouver trace d'une série où une équipe emmenée par LeBron James ne s'est pas imposée à l'extérieur.

La raison de cette efficacité à l'extérieur est simple, à écouter l'intéressé: «J'aborde chaque match de la même façon, que je joue à domicile ou à l'extérieur, je n'ai jamais compris qu'on fasse la différence. Mais je sais aussi à quel point les matchs à l'extérieur sont compliqués, particulièrement quand vous atteignez un tel niveau», a avancé «King James».

Cette réussite donne confiance à ses coéquipiers: «Le fait d'avoir un joueur qui a déjà tant fait, qui est tellement confiant dans tout ce qu'on fait et qui fait ce qu'il dit, ça nous permet d'être nous-mêmes et d'avoir confiance», a admis Kevin Love.

La démonstration dans le match N.4, remporté vendredi 137 à 113, a libéré les Cavaliers, en particulier Kyrie Irving.

«Il faudra qu'on joue dans leur salle comme on a joué chez nous, c'est-à-dire avec beaucoup d'intensité physique, beaucoup d'engagement», a martelé le meneur des champions en titre, auteur de 40 points vendredi.




publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer