• Accueil > 
  • Sciences > 
  • Médecine 
  • > Créativité et maladies mentales auraient des racines génétiques communes 

Créativité et maladies mentales auraient des racines génétiques communes

L'idée d'Aristote selon laquelle «il n'y pas de génie sans un brin de folie»... (ILLUSTRATION ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

ILLUSTRATION ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse

L'idée d'Aristote selon laquelle «il n'y pas de génie sans un brin de folie» est aujourd'hui confortée par une étude scientifique affirmant que la créativité et des psychoses comme la schizophrénie et les troubles bipolaires auraient au moins partiellement des racines génétiques communes.

Des études épidémiologiques avaient déjà montré une surreprésentation des personnes atteintes de certains troubles mentaux et de leurs familles dans les professions créatives, mais sans pouvoir dire si cette association reposait sur des facteurs génétiques ou environnementaux au sens large.

Dans une étude publiée lundi par la revue britannique Nature Neuroscience, une équipe de chercheurs islandais a montré que les mutations génétiques associées à un risque accru de développer une schizophrénie ou un trouble bipolaire pouvaient également être liées à une créativité accrue, au sein d'un échantillon de plus de 86 000 Islandais.

Cette association a également été retrouvée dans des études portant sur près de 9000 Suédois et 18 500 Néerlandais.

Les chercheurs ont défini les personnes créatives comme «des personnes capables d'avoir une approche novatrice utilisant des processus mentaux différents des modes de pensée ou d'expression dominants».

Par souci de commodité, ils n'ont retenu dans leur étude que les membres des sociétés nationales artistiques de danseurs, d'acteurs, de musiciens ou d'écrivains.

Ils ont également tenu compte des différences de quotient intellectuel et de niveau éducatif des personnes étudiées ainsi que de l'existence de proches atteints de schizophrénie et de troubles bipolaires, pour éviter d'éventuels biais dans leurs travaux.

«Notre étude accrédite l'idée d'un rôle direct joué par les facteurs génétiques sur la créativité», concluent-ils.

Ils ont également étudié cinq professions non artistiques (agriculteurs, pêcheurs, employés, travailleurs manuels et vendeurs) pour lesquelles ils n'ont trouvé aucune association avec la créativité.

Interrogés sur l'étude, plusieurs experts cités par le Genetic Expert News Service sont toutefois restés très prudents.

«Le coeur du problème est de savoir si le fait d'être membre d'une société artistique signifie qu'on soit créatif», relève le Dr Vishwajit L. Nimagonkar, professeur de psychiatrie et de génétique humaine à l'Université de Pittsburgh, qui souligne que la créativité est un terme «extrêmement difficile à définir».

Le Pr David Cultler, professeur assistant au département de génétique humaine de l'Université Emory à Atlanta, note pour sa part que «les résultats sont robustes, mais très limités». Il ajoute que les gènes impliqués dans la schizophrénie et les troubles bipolaires sont «probablement impliqués dans toutes sortes de fonctions neurologiques et cognitives, et pas uniquement dans celles liées aux capacités artistiques».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer